Près de 200 cinémas diffusent "1984" pour protester contre Trump

Près de 200 cinémas diffusent "1984" pour protester contre Trump
Près de 200 cinémas diffusent "1984" pour protester contre Trump - © Tous droits réservés

Près de 200 cinémas dans le monde entier ont diffusé le film "1984" ce mardi 4 avril en signe de protestation contre Donald Trump.

Tiré de l'oeuvre mythique de George Orwell, le film dépeint un monde dirigé par un régime totalitaire qui construit ses propres faits, diabolise ses ennemis et demande l'obéissance totale. Et nombreux sont ceux qui dressent un parallèle avec l'administration Trump.

Le 4 avril 1984

La date n'a d'ailleurs pas été choisie par hasard. Le 4 avril 1984 est un moment clé dans l'oeuvre mythique de George Orwell. C'est ce jour là que le protagoniste Winston Smith pose un premier acte de rébellion et commence à rédiger un journal intime secret. Chose totalement interdite.

Il faut dire que ce n'est pas la première fois que l'administration Trump est comparée avec "1984". Les ventes de ce roman publié en 1949 ont d'ailleurs récemment été dopées suite à l'affaire des "faits alternatifs".

Pour rappel, en janvier dernier une conseillère de Trump avait alors qualifié de "faits alternatifs" les propos du porte-parole de la Maison Blanche assurant contre toute évidence que l'audience de l'investiture du nouveau président était la plus importante jamais vue.

La route vers ce monde commence lorsque les gens se désengagent 

Le parallèle avec "1984" a vite été fait. Dans l'univers de cette oeuvre chargée d'emprunts au nazisme, fascisme et stalinisme, les plus absurdes des mensonges sont en effet érigés au rang de vérité implacable. Le doute n'est pas permis et il faut adhérer totalement aux idées du Parti.

Une comparaison trop extrême? "Personne ne suggère que nous vivons dans un monde à la Orwell", justifie l'un des organisateurs cité par Rue 89, "mais la route vers ce monde commence lorsque les gens se désengagent et laissent leur gouvernement faire ce qu'il veut".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK