Pourquoi Wikipédia a-t-il planté ce vendredi soir?

Pourquoi Wikipédia a-t-il planté ce vendredi soir?
Pourquoi Wikipédia a-t-il planté ce vendredi soir? - © LIONEL BONAVENTURE - AFP

Si vous avez tenté de consulter vendredi soir la page Wikipédia d'Eden Hazard, celle de l'émission "Ici Bla-Bla" ou encore celle des élections fédérales de mai dernier, vous avez dû trouver page blanche. Partout dans le monde, le serveur de la plus grande encyclopédie du Web était inaccessible à plusieurs reprises dans beaucoup de pays européens, pendant environ neuf heures, entre 20h et 4h du matin (heure belge). Autant dire que pour beaucoup d'internautes, ce #Wikipediadown était synonyme d'apocalypse.

Selon plusieurs spécialistes, les serveurs de Wikipédia (situé à Amsterdam) ont été frappés par une attaque informatique par déni de service distribuée (DDoS en anglais), une attaque lancée par plusieurs sources dans le but de bloquer les accès à un serveur en le surchargeant de requêtes. Le lendemain de l'attaque, la fondation Wikimedia, à l'origine du projet Wikipédia qui existe depuis 2001, a expliqué que leurs équipes étaient toujours en train de rétablir l'accès au site. Pour la fondation, derrière l'acte de vandalisme, il y a tout un symbole : "Nous condamnons ce genre d'attaques, il ne s'agit pas seulement de mettre Wikipédia hors d'accès, affirme Wikimedia dans un communiqué. Elles menacent le droit fondamental d'accès et de partage de l'information."

Selon Alexander Doria, administrateur de la version française de Wikipédia, l'attaque a été revendiquée par un groupe "totalement inconnu", sans qu'il soit possible à ce stade de prouver qu'il est bien derrière. "Parmi les principaux acteurs du web, Wikimédia est juste plus facile à atteindre sans utiliser des moyens démesurés", explique Alexander Doria sur Twitter, estimant qu'il s'agirait plutôt d'un coup opportuniste que d'une action politique.

Selon la fondation, le web devient de plus en plus risqué, même pour un site d'envergure comme Wikipédia : "Comme tous les sites les plus populaires du monde, nous attirons parfois des personnes dotées de mauvaises intentions. Nous agissons dans un environnement qui devient plus sophistiqué et complexe, dans lequel les menaces évoluent en continu." Depuis cinq ans, plusieurs attaques en DDoS ont visé des serveurs importants : Facebook en 2014 (bloqué pendant trente minutes par une attaque venue de Chine), ainsi que le Playstation Network et Xbox Live la même année, puis l'entreprise de jeux vidéo russe Gaijin en 2015, et l'attaque de DynDNS en octobre 2016, qui a paralysé pendant une dizaine d'heures les sites de Twitter, PayPal et eBay sur toute la côte Est américaine.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK