Pourquoi les journaux numériques polluent autant que les journaux imprimés

Le bilan carbone des journaux numériques est lié aussi au support sur lequel on les lit.
Le bilan carbone des journaux numériques est lié aussi au support sur lequel on les lit. - © Flickr (jfingas)

On aurait tendance à penser que les journaux en ligne sont plus écologiques car ils évitent l’impression de papier, destiné à être jeté, même s’il est recyclé. Or les choses ne sont pas aussi simples.

Qui a le meilleur bilan carbone, qui dégage le moins de gaz à effet de serre : les journaux imprimés ou les journaux numériques ? Aucun des deux, c’est match nul, en tout cas à en croire l'étude réalisée entre 2010 et 2012 en Finlande et en Suède pour l'association mondiale des journaux  et éditeurs des médias d'information.

Sur quoi baser la comparaison ?

Les paramètres pris en compte pour en venir à cette conclusion : le nombre de lecteurs, le temps de lecture, le nombre de copies imprimées, le processus de fabrication d'un ordinateur...

Pour les journaux en ligne, c'est le temps de lecture qui est déterminant pour le bilan carbone. Et si on imprime une ou plusieurs pages, on aggrave les émissions de CO2. En revanche, si vous jetez un rapide coup d'oeil sur votre journal en ligne, le bilan sera bien meilleur surtout si votre ordinateur est récent.

Pour la presse écrite, c'est le nombre de lecteurs qui joue : plus il y a de lecteurs par exemplaire, mieux c'est, et encore plus s’ils y consacrent de longues minutes de lecture.

Bref, l'un dans l'autre, le résultat est pareil concluent les auteurs de l'étude. Il n’y a pas de raison écologique de rejeter le papier au profit du web.

Sophie Brems avec Patrick Bartholomé.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK