Pourquoi le tueur de Charleston peut être qualifié de terroriste

Pourquoi le tueur de Charleston peut être qualifié de terroriste
Pourquoi le tueur de Charleston peut être qualifié de terroriste - © WBTV NEWS - AFP

L’attaque contre l’église de Charleston est-elle seulement un "crime haineux" ou aussi un "attentat" ? Le tireur est-il un "forcené" ou un "terroriste"? Aux Etats-Unis, dans un contexte de tensions raciales exacerbées, ce débat sur le choix des mots dans les médias, agite les réseaux sociaux. Un débat qui a fait tache d'huile dans les médias européens.

Beaucoup d’internautes ont le sentiment qu’il y un "deux poids, deux mesures" dans le traitement médiatique. Pourquoi parle-t-on très vite de terrorisme quand on suspecte une attaque islamiste et pourquoi hésite-t-on a utiliser le même qualificatif pour désigner une attaque raciste? Alors que dans les deux cas, la violence est guidée par une idéologie. En effet, le jeune homme de 21 ans a déclaré aux policiers qui l'interrogent qu'il voulait "déclarer une guerre raciale"Depuis 24h, c’est vraiment le débat qui occupe les internautes américains.

Les suspects blancs et non musulmans sont mieux traités que les Noirs et les musulmans

Il y a une forte méfiance d’une partie de la population à l’égard des autorités et à l’égard des médias. Beaucoup de Noirs américains – mais ils ne sont de loin pas les seuls – les suspectent de traiter différemment une attaque menée par un Blanc (souvent qualifiés de "forcené", "déséquilibré") ou par un Noir et/ou un musulman (où l'on serait plus enclins, dans les médias américains à utiliser les qualificatifs de "terroriste").

La comparaison avec les qualificatifs utilisés dans le cadre des attentats islamistes de Boston (trois morts) à l’égard des Frères Tsarnaev revient souvent. On voit circuler, à l’appui de cette théorie, différents montages mettant en parallèle des titres de presse ou de photos d’arrestations et autres, qui toutes donnent le sentiment que les suspects blancs et non musulmans sont mieux traités que les Noirs et les musulmans. Est-ce vrai ou faux? Est-ce un constat exagéré? Difficile de répondre à cette question de manière tranchée. Mais ce qui est intéressant, c’est ce que cela révèle une partie du climat ambiant aux Etats-Unis. Et par extension, chez nous.

En Europe aussi, le débat se pose

Mais ce débat n'épargne pas l'Europe. En France, Libération a eu pour ligne éditoriale de qualifier cet acte de terroriste. Une ligne éditoriale qui, pour être validée, peut s'appuyer les faits. L'auteur présumé a en effet admis avoir un objectif politique de déstabilisation et la volonté de lancer une "guerre raciale", on ne pourrait être plus proche de la définition courante du terrorisme. C'est ce qu'explique d'ailleurs l'experte Anthea Butler, dans une tribune publiée sur le Washington Post et dans une interview publiée le site du quotidien français.

Mais le débat a traversé la plupart des médias français comme l'illustrent des contributions de L'Express, de 20minutes.fr et de France24

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK