Popularité phénoménale chez les ados, millions de dollars à gagner… 5 choses à savoir sur Fortnite

Ils s’appellent Nyhrox, Aqua ou Bugha, ils ont 16 ans… et ils sont devenus millionnaires ce week-end. Comment ? Grâce à Fortnite, un jeu vidéo bien connu des ados. Le titre développé par la société américaine Epic Games avait droit à sa Coupe du monde ces derniers jours à New York. Au menu : un stade plein à craquer, des écrans géants, des fans survoltés et des joueurs forts de nombreuses heures d’entraînement.

►►► À lire aussi : L’Américain Bugha, champion du monde de Fortnite, va recevoir 3 millions de dollars

C’est quoi, Fortnite ?

Lancé en 2017 par le studio Epic Games, Fortnite se décline en plusieurs versions. Un mode "sauver le monde" limité à quatre participants qui se battent contre des zombies tout en construisant des fortifications, d’une part ; et un mode "bataille royale" où un maximum de 100 joueurs s’affrontent en ligne sur un territoire qui se réduit au fur et à mesure, d’autre part.

"Il y a une centaine de joueurs qui arrivent sur une très grande carte et le but c’est d’arriver à tuer tout le monde et d’être le dernier en vie. Pour ça on va devoir s’équiper avec des armes différentes. Le but c’est d’avoir les meilleures armes et le meilleur équipement possible pour pouvoir tuer tout le monde et être le dernier en vie", résumait une joueuse de Fortnite lors d’une soirée "Tarmac Ciné Sessions" où des joueurs s’affrontaient dans une salle du cinéma Kinepolis à Bruxelles.

Pour séduire, Fortnite a quatre forces qui lui ont permis de conquérir 250 millions de joueurs en deux ans :

  • Sa gratuité : l’accès au jeu est totalement gratuit. Les joueurs sont libres d’investir leur argent réel dans le monde virtuel pour améliorer l’équipement ou l’apparence de leur personnage ;
  • Sa présence sur toutes les plates-formes : Mac, Windows, téléphones Android et Apple, Nintendo Switch, PlayStation 4 et Xbpx One, ce qui en fait un incontournable du secteur ;
  • Ses mises à jour régulières : quoi de mieux pour garder les joueurs que de leur proposer des nouveautés ? Epic Games l’a bien compris, au point de pousser à bout certains de ses employés. Envie d’équiper son personnage avec de nouvelles armes ? De lui offrir de nouveaux vêtements ? C’est possible à condition de débourser une poignée de "V-bucks", le nom de la monnaie virtuelle du jeu ;
  • Ses compétitions : massivement diffusé en ligne, Fortnite a eu droit en ce mois de juillet à sa première Coupe du monde. Un bon moyen de garder l’attention de ses adeptes en leur présentant la crème de la crème des joueurs et d’en recruter de nouveaux.

►►► À lire aussi : des jeux vidéo, dont "Fortnite", sont utilisés pour blanchir de l’argent sale

Une Coupe du monde ? C’est-à-dire ?

Des joueurs professionnels, des écrans géants, une retransmission en direct… et des millions de dollars (bien plus réels que les V-bucks) à gagner. Voilà les ingrédients de la première coupe du monde de Fortnite organisée au stade Arthur-Ashe de New York. L’arène est plutôt habituée aux sports "traditionnels". C’est là que se tient d’habitude l’US Open de tennis.

Les participants sont passés par une longue série de présélections. Comme l’écrit l’éditeur du jeu sur le site officiel de l’événement : "40 millions de joueurs ont tenté de décrocher une place pour la finale de la Fortnite World Cup. 100 y sont parvenus, mais un seul repartira avec le titre de vainqueur." Et la folie des chiffres ne s’arrête pas là. "Sur l’ensemble de la saison, qui comprenait dix semaines de qualifications et la finale, Epic Games aura lâché 100 millions de dollars de prix, du jamais-vu", rappelle Le Monde sur son site internet.

Outre la version "battle royale" en solo et en duo, les candidats avaient aussi la possibilité de s’affronter par équipes de quatre dans un mode "créatif" lancé à la fin de l’année 2018.

En termes d’audience, on est loin du Mondial de football ou des Jeux olympiques. L’une des manches du tournoi en duo a rassemblé aux alentours de 2 millions de spectateurs. Mais comparaison n’est pas raison. Une finale de Fortnite n’est pas un événement qu’on suit à la télévision "classique". Le jeu était retransmis sur la plate-forme Twitch (spécialisée dans la diffusion en direct de parties de jeux vidéo), sur YouTube, Twitter, Facebook et… dans le jeu lui-même. La boucle est bouclée.

Et ils gagnent beaucoup d’argent ?

Oui, quand même. Mais les gains diffèrent selon que les joueurs étaient seuls ou en équipe. Quoi qu’il en soit, des adolescents de 16 ans sont bel et bien devenus millionnaires grâce au jeu vidéo ce week-end. C’est le cas de l’Américain Kyle Giersdorf, mieux connu dans le milieu sous le pseudonyme de "Bugha". Vainqueur du mode solo, il a remporté pas moins de trois millions de dollars (près de 2,7 millions d'euros).

Pour arriver au sommet de la compétition, le jeune homme a dû faire preuve d’une concentration à toute épreuve, comme on peut le voir dans la vidéo ci-dessous. Son regard ne quitte pas l’écran pendant de longues minutes, tandis que son bras crispé sur la souris enchaîne les clics.

En solo :

Classement Gains (en dollars américains)
1er $3,000,000
2e $1,800,000
3e $1,200,000
4e $1,050,000
5e $900,000
6e $600,000
7e $525,000
8e $375,000
9e $300,000
10e $225,000
11e-15e $150,000
12e-20e $112,500
21e-100e $50,000

 

Duos

Les gains par joueurs sont à diviser par deux vu que les gagnants de chaque rang se partagent le prix.

Classement Gains
1er $3,000,000
2e $2,250,000
3e $1,800,000
4e $1,500,000
5e $900,000
6e $450,000
7e $375,000
8e $375,000
9e $225,000
10e $225,000
11e-50e $100,000

Il y avait des Belges ?

Oui, plusieurs. Le flamand Suezhoo s’est hissé à la première place du mode créatif avec l’équipe Fish Fam. Le quatuor s’est partagé un million de dollars. Noward (de son vrai nom Howard Castiaux), 23 ans, s’est classé 13e du mode duo avec son coéquipier suisse. Ils ont chacun empoché 50.000 dollars. Quant à DRG (Evan Depauw), il a terminé à la 45e place du mode solo à New York.

Du coup les ados ne font plus que ça ?

Comment faire pour capter le temps de cerveau disponible des adolescents ? C’est la question que se posent tous les acteurs du numérique. Facebook, Snapchat, Instagram, YouTube, Netflix… les sollicitations sont nombreuses et Epic Games compte bien prendre sa part du gâteau. "Nous sommes en compétition – et nous perdons beaucoup plus – contre Fortnite, plutôt que contre HBO", a affirmé Reed Hastings, le patron de Netflix, en janvier dernier.

On l’a dit, le principe de Fortnite est très addictif pour les joueurs. Une "petite" partie peut bien vite être suivie d’une autre. Le site wof.gg permet aux joueurs de connaître le temps qu’ils ont passé dans le jeu. En tête du classement, on trouve un fan qui a cumulé… 350 jours de jeu.

Recruter de nouveau adeptes et les garder captifs, jusqu’à les pousser à la dépense, voilà les principaux enjeux pour l’éditeur de jeu vidéo dans les mois à venir. Après le coup de chaud de 2018, qui a vu Fortnite générer jusqu’à 300 millions de dollars de chiffre d’affaires certains mois, selon l’analyste de Wedbush Securities Michael Pachter, le rythme a un peu ralenti, selon plusieurs sources. Mais le jeu a tout de même franchi, en début d’année, le seuil des 250 millions de joueurs. "Ils n’ont pas encore atteint leur pic", considère l’analyste, pour lequel "Fortnite a encore dix ans devant lui". "Les revenus sont probablement tombés à 200 millions par mois, ce qui en fait toujours le plus gros succès de l’histoire des jeux vidéos", insiste Michael Pachter.
 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK