Polémique Polanski : Jean Dujardin annule sa venue au 20h de TF1, selon le Parisien

Le contexte n’est pas des plus favorables pour 'J’accuse', le nouveau film de Roman Polanski. Le réalisateur franco-polonais est une nouvelle fois accusé de viol, cette fois par l’actrice française Valentine Monnier. Selon une information du Parisien, l’acteur principal du film, Jean Dujardin, a annulé sa venue ce dimanche sur le plateau du 20h de TF1, à quatre jours de la sortie du film.

Vendredi, Valentine Monnier avait accusé Roman Polanski de l’avoir violée en 1975, alors qu’elle avait 18 ans. "Je n’avais aucun lien avec lui, ni personnel, ni professionnel et le connaissais à peine", a raconté l’ancien mannequin au Parisien. Les faits, qui sont prescrits et pour lesquels elle n’a pas porté plainte, se seraient déroulés dans le chalet du réalisateur à Gstaad, en Suisse. "Ce fut d’une extrême violence, après une descente de ski. Il me frappa, roua de coups jusqu’à ma reddition puis me viola en me faisant subir toutes les vicissitudes", a également raconté Valentine Monnier.

Dujardin avait soutenu Adèle Haenel

L’actrice a tenu à porter cette accusation publiquement en raison de la sortie de 'J’accuse', car le film évoque une erreur judiciaire. Elle a été soutenue par sa consœur Adèle Haenel, qui a récemment accusé le réalisateur Christophe Ruggia d’avoir eu des "comportements sexuels inappropriés" lorsqu’elle était âgée de 12 à 15 ans. "Je la crois, a-t-elle déclaré au Parisien et au site Mediapart. Je soutiens entièrement la démarche de Valentine Monnier et je sors bouleversée de la lecture de son témoignage."


►►► À lire aussi : Polémique à la Mostra : retour sur "l’Affaire Polanski"


Vendredi matin, Jean Dujardin avait justement apporté son soutien à Adèle Haenel, estimant avoir "beaucoup d’affection et de compassion". "J’ai toujours ressenti sa grande rage, sa colère, je pressentais sa blessure mais je ne savais pas qu’elle serait si profonde", a-t-il déclaré au micro de France Inter. Il avait toutefois expliqué être "fatigué" du mouvement #MeToo.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK