Polémique lors d'une conférence TEDx à BOZAR: une artiste évacuée de force par un organisateur

Polémique lors d'une conférence TEDx à BOZAR: une artiste évacuée de force par un organisateur
Polémique lors d'une conférence TEDx à BOZAR: une artiste évacuée de force par un organisateur - © Tous droits réservés

C'est devenu un style de conférence très à la mode : un orateur qui prend le temps d'arpenter la scène, un discours très travaillé et motivant, un public conquis... en quelques années, les événements TEDx ont séduit le monde entier. Le concept en est cette année à sa neuvième édition à Bruxelles. Thème retenu ce 5 mars à Bozar : "A brave new world" ("Le Meilleur des mondes" en français), un titre emprunté à un roman d'anticipation signé Aldous Huxley.

Parmi les intervenants, on trouvait des hommes et des femmes d'affaires, des philosophes, des scientifiques... et l'artiste Deborah De Robertis. Cette Luxembourgeoise a fait parler d'elle à plusieurs reprises par le passé. L'une de ses performances consistant à poser nue dans les musées, comme par exemple en 2014 au musée d'Orsay où est exposé le célèbre tableau de Gustave Courbet "L'origine du monde".

L'intervention de Deborah De Robertis a suscité des remous lundi soir à Bozar. Alors qu'elle se trouvait sur scène pour évoquer son travail et se livrer à une performance artistique, l'un des organisateurs de l'événement a pris l'initiative de l'évacuer de la scène. 

"Tout s'est passé assez vite et la salle est restée assez silencieuse, nous explique un témoin. On ne savait pas si l'artiste avait été sortie de force ou si c'était une mise en scène." D'autant que, comme on le voit sur une vidéo partagée sur Twitter, un cameraman filme l'intégralité de la scène.

Avant son évacuation forcée, Deborah De Robertis était entourée de danseurs qui ont entrepris de lui couper les cheveux. Dans le même temps, l'écran géant diffusait "des images de son vagin" tandis qu'"une bande son expliquait sa démarche".

C'est alors qu'un homme est arrivée sur scène "sans qu'on ne comprenne vraiment". L'homme en question, membre de l'organisation de TEDxBrussels, a emmené l'artiste jusque dans les coulisses.

"Elle parl(ait) de son combat contre la censure, montr(ait) des images et vidéos de ses performances précédentes, lorsqu'un homme (est) entr(é) sur scène, lui (a) ferm(é) les jambes - qu'elle tenait écartées, mais toute habillée - et l'(a) entraîn(ée) hors de la scène. Elle n'opposait pas de résistance", détaille un autre témoin. 

Le présentateur a expliqué que c'était inapproprié

"Les danseurs ont continué un temps. Effroi dans la salle, poursuit une spectatrice que nous avons contactée. La bande son a continué un temps puis s'est tue. Le présentateur a expliqué ensuite que c'était inapproprié à leur sens et qu'elle n'avait pas respecté ce qu'elle avait signé." Deborah De Robertis, qui était habillée sur scène au moment de son "interpellation", a ensuite été entendue par des policiers, toujours selon des personnes qui assistaient à la conférence.

Citée par De Morgen, Ilse Van de Keere, porte-parole de la zone de police Bruxelles-Capitale-Ixelles, confirme que les forces de l'ordre sont descendues sur place. "Il semble qu'il s'agissait d'un désaccord entre les organisateurs et les artistes. (...) Nos hommes ont dû séparer les deux parties et un procès verbal a été dressé pour coups et blessures", a-t-elle déclaré.

Dans un communiqué diffusé sur le site internet des conférences TEDx, on peut lire les explications suivantes : "Deborah De Robertis a été emmenée de force en dehors de la scène par l'un des organisateurs de l'événement qui n'approuvait pas le contenu de la conférence." Un geste que le communiqué qualifie de "profondément inapproprié". Les propriétaires de la marque TED ajoutent que l'auteur de ce geste s'est vu retirer sa licence lui permettant d'organiser des conférences sous le nom "TED" à Bruxelles.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK