PlatON, un logiciel révolutionnaire au secours de votre orthographe

Oubliés les vieux livres et dictionnaires. Place au logiciel!
2 images
Oubliés les vieux livres et dictionnaires. Place au logiciel! - © RTBF

Une équipe de chercheurs de l'UCL s'apprête à lancer une plateforme inédite. Baptisée PlatON, celle-ci proposera des dictées en ligne, des exercices personnalisés et des explications pointues. Le Forem, notamment, a déjà fait part de son intérêt. Le lancement officiel de la plateforme devrait avoir lieu dans quelques mois à peine.

S’il n’est pas encore catastrophique, le niveau orthographique des adultes inquiète les experts et les défenseurs de la langue française. Les recruteurs tirent également la sonnette d’alarme. Il semble en effet de plus en plus difficile de découvrir un secrétaire ou un journaliste maîtrisant les règles de base de la grammaire et pouvant déjouer les nombreux pièges de l’orthographe.

Voici quelques mois, une entreprise française a mis au point un test, baptisé "Certification Voltaire", qui permettra notamment aux demandeurs d’emploi d’évaluer leur niveau d’orthographe. Et facilitera donc la tâche des recruteurs.

"C’est une très bonne initiative", réagit Richard Beaufort, membre du CENTAL (Centre de Traitement Automatique du Langage – UCL). "Cela permet à la personne de faire le point sur ses connaissances. Pour l’heure, la certification Voltaire n’a pas d’équivalent en Belgique. Il y a pourtant une nette demande. Ce genre de test est positif mais ne doit pas rester sans lendemain. Si le test est mauvais, il faut proposer des séances de remédiation."

De la dictée aux explications théoriques

En Communauté française, des cours d’orthographe sont actuellement proposés au sein de certaines entreprises ou dans les bureaux du Forem. Intéressant mais insuffisant pour le CENTAL, qui a donc décidé de créer son propre logiciel d’apprentissage de l’orthographe, baptisé PlatON (pour "Plateforme d’aide à l’apprentissage de l’Orthographe sur le Net").

"On a créé un système permettant de discerner les fautes entre les copies et les originaux", explique Richard Beaufort. "Notre objectif est de mettre au point une plateforme regroupant différents exercices. Pour le moment, nous travaillons sur des dictées mais nous allons également déposer sur cette plateforme des jeux des sept erreurs, des textes à trous… Le but final est que PlatON puisse proposer toute la matière d’un cours, répartie en plusieurs leçons auxquelles seront associées des dictées et d' autres activités."

Quand l'élève termine la dictée, le texte est envoyé au serveur qui se charge de la correction. Celle-ci ne prend que quelques secondes. "Il arrive même souvent que cela prenne bien moins d'une seconde", précise le responsable du projet. Lorsque l’élève reçoit le corrigé, il peut, en plaçant simplement son curseur sur les fautes commises, obtenir des explications orthographiques et grammaticales.

"L’idéal serait de pouvoir rapidement cerner les principaux problèmes rencontrés par l'élève", poursuit l’universitaire. "Par exemple, s’il ne maîtrise pas la règle des participes passés, la plateforme pourra lui adresser des textes truffés de participes passés."

Car il n'est jamais trop tard...

PlatON sera accessible à un maximum d’utilisateurs, qu’ils soient "professeurs" ou "élèves".

"À côté de nos propres dictées, nous ouvrirons également la plateforme aux enseignants du niveau primaire, du secondaire, voire de l’universitaire qui voudront y déposer leurs exercices", précise Richard Beaufort. "Nous ne voulons pas nous adresser à une catégorie particulière d’élèves. Par exemple, lorsqu’une entreprise voudra inscrire certains de ses employés, elle n’aura qu’à nous contacter. Le Forem se dit également très intéressé par notre plateforme."

Car contrairement à ce que certains pourraient imaginer, il n’est jamais trop tard pour travailler son orthographe. "Je n’ai pas de réponse scientifique ou cognitive", glisse Cédrick Fairon, directeur du CENTAL, "mais d’expérience, je peux vous dire que si on n’impose pas, à un moment donné, cet apprentissage, on ne l’acquiert jamais. Ce n’est donc pas impensable mais cela demande des efforts."

PlatON devrait être opérationnel dans le courant de l’année académique. "En restant réaliste, je pense qu’on peut annoncer un lancement à grande échelle d’ici quelques mois, au début de l’année 2012", ose Richard Beaufort.

PIAB