Plan de fréquences : toutes les radios FM reconduites, à l'exception de DH Radio remplacée par LN24

Dans un studio de radio
Dans un studio de radio - © Tous droits réservés

Toutes les radios francophones privées qui disposent déjà d'un réseau de fréquences FM communautaire ou provincial ont vu leur autorisation reconduite pour neuf années supplémentaires en Fédération Wallonie-Bruxelles, annonce le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel (CSA) mercredi soir dans un communiqué. Seule DH Radio n'est pas renouvelée. Son réseau de fréquences est attribué à la nouvelle chaîne d'informations LN24. Le groupe IPM conteste cette mise à l'écart. Par ailleurs, les autorisations DAB+ ont également été attribuées.

Bel RTL, Radio Contact, Nostalgie, NRJ, Fun Radio et LN24 sont les six radios privées qui disposeront d'un réseau de fréquences FM et DAB+ sur l'ensemble du territoire francophone. Les réseaux provinciaux ont été réattribués à leurs détenteurs: Sud Radio (Hainaut), Antipode (Brabant Wallon), Must FM (Namur/Luxembourg) et Maximum (Liège). Sud Radio bénéficiera en outre d'une couverture en DAB+ sur l'ensemble du territoire et Antipode pourra être écouté à Bruxelles en DAB+. Trois autres réseaux DAB+ ont été attribués à 1RCF (Radio Chrétienne Francophone), Goldie (édité par Nostalgie) et Cherie (édité par NRJ). Un quatrième réseau DAB+ n'a pas encore été attribué. La candidature de Mint, la radio pop-rock du groupe RTL n'a pas été retenue, tout comme le projet "Nos radios" porté par les télévisions locales.

Au total, 72 radios indépendantes en FM, 4 réseaux provinciaux mixtes et 6 réseaux communautaires et urbains mixtes ont donc été autorisés en FM, détaille le CSA. En numérique, 75 droits d'usage d'un multiplex de portée locale ont été attribués aux radios indépendantes ainsi que 4 réseaux communautaires exclusivement en numérique (DAB+). "Les décisions et les motivations d'attribution ou non ont été transmises aux candidats concernés", précise encore le régulateur. "L'importance de la diversité culturelle, les quotas musicaux, le plan financier, mais aussi l'originalité et la singularité des services proposés sont entrés en ligne de compte pour attribuer ou non les fréquences."

La SCRL maRadio.be, qui promeut le développement du DAB+ en Belgique francophone, s'est félicitée dans un communiqué de "cette avancée historique dans le développement de la radio numérique en Fédération Wallonie-Bruxelles". Elle annonce qu'elle "mettra en œuvre prochainement un plan de communication commun au secteur pour promouvoir l'écoute des projets radiophoniques francophones en DAB+".

Le groupe IPM a contesté dans les pages de la Dernière Heure et de La Libre Belgique de mercredi la décision du CSA de retirer la licence FM à DH Radio, estimant qu'"elle diffuse un programme très différent" des six autres radios qui couvrent Bruxelles et la Wallonie, et "apporte une vraie diversité dans le paysage radiophonique francophone". "Cette radio représente dix années d'efforts, 10 millions d'euros d'investissements, des milliers d'heures de travail", note encore IPM qui "conteste ce verdict" qu'il juge partial. Le groupe a indiqué qu'il introduirait des recours devant le Conseil d'Etat pour qu'il juge "si le CSA a vraiment appliqué avec rigueur et sans discrimination sa procédure de sélection".

Satisfaction

Du côté de LN24, le projet média lancé par les anciens journalistes de L'Echo Joan Condijts et Martin Buxant, le ton est tout autre. "La décision du CSA renforce la stratégie de LN24 en lui permettant de disposer de la plus large palette possible pour diffuser nos contenus d'information", indique Boris Portnoy, CEO et cofondateur de LN24 dans un communiqué.

Satisfaction également du côté des diffuseurs provinciaux, dont Sud Radio, diffusée en province de Hainaut depuis 20 ans. La chaîne salue la décision du CSA qui "prouve la qualité et l'originalité de notre projet, basé sur la proximité - notre ADN".

Quant à Antipode, née en 1985, elle couvre le Brabant wallon et désormais Bruxelles en DAB+. "Une disposition attendue depuis de longues années par la radio du Brabant wallon, le lien étroit entre la capitale et la jeune province n'étant plus à démontrer", estime-t-elle.

Enfin, les radios Maximum et Must FM sont ravies de pouvoir continuer à émettre respectivement en province de Liège pour l'une, sur les provinces de Namur et Luxembourg pour l'autre. "En renouvelant notre autorisation, le CSA nous permet d'imaginer enfin une dynamique régionale forte, mais aussi des perspectives de développements salutaires dans un paysage radiophonique cohérent", a commenté Eric Adelbrecht, administrateur de Solution Media.

De son côté, RCF a annoncé que la radio 1RCF arriverait sur les ondes numériques à l'automne prochain.

L'ensemble des fréquences disponibles n'a pas entièrement été remis en jeu lors de ce plan de fréquences, indique encore le CSA. "On compte encore 11 fréquences analogiques et 141 droits d'usage d'une radiofréquence numérique qui restent disponibles pour des éditeurs indépendants. Un nouvel appel d'offres pourra être organisé afin de permettre à de nouveaux services indépendants de prendre les ondes."

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK