Plainte contre les affiches du site de rencontres pour infidèles Gleeden

L'affiche du site Gleeden qui fait l'objet d'une plainte
2 images
L'affiche du site Gleeden qui fait l'objet d'une plainte - © RTBF

Le Jury d'éthique publicitaire a été saisi d'une plainte contre une campagne d'affichage du site de rencontres extra-conjugales Gleeden. La question de la responsabilité morale de la publicité est posée.

"Contrairement à l'antidépresseur, l'amant ne coûte rien à la sécu" : une campagne publicitaire a fleuri dans les abribus du pays ces derniers jours. Le tabou de l'infidélité est clairement levé. Et pour cause, puisque c'est un site internet de rencontres pour infidèles qui est à l'origine de ces affiches. Le nom de ce site est Gleeden et il est présent en France, en Italie, en Espagne et aux Etats-Unis.

En Belgique, le Jury d'éthique publicitaire a été saisi d'une plainte, car une publicité en doit respecter "un juste sens de la responsabilité sociale".

Le Jury d'éthique publicitaire remet un avis en se basant sur le code d'éthique de chaque secteur. Dans ce cas-ci, le code d'éthique prévoit par exemple qu'une publicité doit être "décente", c'est-à-dire, respecter les convenances. Et ces convenances sont établies en fonction de la culture du pays concerné. Reste à définir si l'infidélité est contraire à nos convenances.

"Les Américains trompent beaucoup"

Pour Bruno Humbeeck, psychopédagogue à l'université de Mons, "l’être humain a de plus en plus tendance à bricoler sa propre morale. Et les morales deviennent de plus en plus individuelles : ce qui est décent ou indécent va varier d’un individu à l’autre. Ce n’est plus un code moral intangible qui serait fixé par une religion, une institution familiale ou autre. Le mariage était une institution très, très forte qui est devenue plus fluide. Donc tout se négocie dans le mariage".

Si l'infidélité reste parfois taboue, Gleeden a décidé de lever ce tabou par l'humour, en l'adaptant aux mœurs de chaque pays, comme explique Hélène Antier, responsable communication de ce site de rencontres : "Chaque fois qu’on doit communiquer, on demande conseil auprès de personnes qui vivent dans le pays. Nous sommes présents aux Etats-Unis, mais nos campagnes publicitaires y sont différentes puisque les mœurs sont différentes. Les Américains trompent beaucoup, en revanche ils n’aiment pas vraiment en parler".

En Belgique, la plainte contre cette publicité sera examinée mardi par le Jury d'éthique publicitaire.

Odile Leherte

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK