Oreillettes: pour l'ouïe sonne le glas

Il existe plusieurs théories sur la question mais toutes concluent que les dégâts auditifs arrivent déjà lorsque l’on utilise des écouteurs pendant dix ans à raison de 3 heures par jour. Ce qui est le cas de beaucoup de jeunes adultes qui ont maintenant de 25 à 30 ans.

Selon une étude européenne, 5 % à 10 % des auditeurs présenteraient des "risques" de troubles d'audition (surdité ou acouphènes) parce qu'ils écoutent de la musique à des niveaux sonores trop élevés et surtout trop longtemps. Les symptômes les plus courants sont des sifflements, signes avant-coureur de problèmes plus profonds.

Les niveaux de bruit à ne jamais dépasser

Le niveau de dangerosité s’accroît fortement à partir de 85 db. C’est pourquoi certaines marques de lecteurs limitent la puissance à 80 db. Malheureusement cette fonction peut être désactivée. Depuis 2012, une mesure européenne limite la puissance des baladeurs à 100 db. Mais avec un avertissement dès que l’on dépasse les 85 db.

Cela signifie que les appareils mis sur le marché jusqu’à la mi-2013 ne proposaient pas encore ces protections.

Pour situer le danger, 80 db représente la zone de danger et 90 db la zone de risque pour l’ouïe. 90 db correspondent au bruit d’une tondeuse à gazon à essence. 100 db correspondent à un marteau piqueur située à 2 mètres. Le seuil de la douleur est à 120 db, soit le bruit d’un avion au décollage.

Solutions et alternatives

Pour se protéger, les médecins en appellent à changer notre comportement. Les spécialistes recommandent la règle du "60/60" : ne jamais mettre le volume du lecteur à plus de 60 pour cent de la puissance maximale (généralement 60 db sur un lecteur limité à 100 db) et jamais plus de 60 minutes par jour. Des limites difficiles à respecter pour les jeunes générations.

Pour l’instant, la mode est aux écouteurs "intra-auriculaires" qui entrent dans le pavillon et approchent le tympan. Cela permet de bénéficier de meilleures basses, mais utilise l’oreille comme boîte de résonance.

Un petit haut-parleur à pile

La meilleure alternative serait le petit haut-parleur à pile sans fils de 20 euros qui se connecte sur un smartphone. C’est très mode pour l’instant. Pour 10 euros, on peut aussi acheter une coque en plastique qui reçoit le smartphone et amplifie le son sans la moindre source électrique. Ce qui permet à l'entourage d'en profiter également. Mais dans un bus, par exemple, la cohabitation risque d'être difficile.  Au final, il ne reste que l'autodiscipline.

Et aux jeunes qui peuvent entendre des sons entre 20 Hz et 20 KHz, nous avons un message: profitez-en, parce que cela ne durera pas longtemps.

Jean-Claude Verset

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK