Nouvelles baisses des ventes de journaux quotidiens belges

La presse écrite, un produit trop coûteux pour de nombreux ménages
La presse écrite, un produit trop coûteux pour de nombreux ménages - © SISKA GREMMELPREZ - BELGA

Les temps sont durs pour la presse écrite. De moins en moins de belges feuillettent le journal "papier". Nouvelle confirmation : les ventes de journaux francophones ont diminué de pratiquement 3% au 2e trimestre 2013.

Tous les journaux francophones sont en baisse... Le Soir, La Libre Belgique, La Dernière Heure, l'Avenir mais aussi les quotidiens du groupe Sudpresse qui se dit "numéro 1" en francophonie, avec un peu plus de 100.000 exemplaires vendus chaque jour.
 
La baisse des ventes du papier est structurelle. Mais pour Pierre Leerschool, directeur général de Sudpresse, le numérique commence à compenser cette chute. "Finalement on se transforme petit à petit en entreprise numérique. Donc on a la chance, chez nous, de pouvoir compenser ça par de plus en plus d'abonnements numériques". Sudpresse annonce 240.000 visiteurs uniques par jour sur ses sites internet. Beaucoup de visites donc, mais encore peu de revenus supplémentaires.
 
C'est tout l'enjeu pour l'ensemble de la presse écrite quotidienne : faire payer davantage l'internaute alors que le lecteur papier, lui, il se fait plus rare.
 
Temps de crise
 
Il faut dire aussi que la presse écrite est devenu un produit coûteux pour beaucoup de gens, comme le rappelle Jean-François Dumont, secrétaire général adjoint de l'Association des journalistes professionnels (AJP) : "Les journaux coûtent encore cher dans un budget de ménage qui est en difficulté. Et vraisemblablement, le public des journaux régionaux et de proximité est vraisemblablement moins aisé que le public des journaux d'analyse". 
 
Les ventes diminuent de 6% pour La Dernier Heure, de pratiquement 3% pour le groupe Sudpresse, de 2,5% pour l'Avenir... Effectivement les quotidiens de proximité, les quotidiens populaires souffrent davantage que des titres comme La Libre Belgique ou Le Soir. C'est le cas au Sud du pays, mais des constats similaires peuvent être faits en Flandre.
 
Michel Gassée
Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK