Nouvel album pour An Pierlé après son combat contre le cancer

Du Jazz accessible, libéré et positif. Libéré dans sa structure et de par les sentiments qui tourbillonnent à l’écoute de Wiga Waga. An Pierlé Quartet, c’est le retour de la chanteuse flamande à l’avant-scène après une période difficile marquée par la lutte contre le cancer du sein. An pierlé Quartet propose du piano et une voix qu’on reconnaît immédiatement. Mais il y a une nouvelle ambiance. Une couleur jazzy imprimée par le batteur Casper Van De Velde et enveloppée par Koen Gisen et sa clarinette basse ou son saxophone. Hendrik Lasure rajoute du clavier et synthétiseur.

J’ai compris que mes amis, le groupe, ne me laissaient pas tomber. Et ça m’a mis en confiance

C’est en répétition au Vooruit à Gand qu’elle nous reçoit quelques minutes entre ses multiples projets. "Ici on prépare un concert qu’on espère pouvoir jouer en juin avec un ensemble d’instruments baroques. On va essayer de le jouer plusieurs fois, vu le travail que ça représente."

Les projets tourbillonnent et soulignent le retour en force de la chanteuse après la maladie. "J’ai d’abord eu peur parce que tout le monde vous fait peur autour de vous quand vous annoncez un cancer. Mais ensuite, j’ai compris que mes amis, le groupe, ne me laissaient pas tomber. Et ça m’a mis en confiance. Je me suis alors autorisée à me laisser aller, à me reposer. Et, bien sûr, je ne souhaite pas être malade, mais ça a été salutaire pour moi parce qu’après 25 ans dans la musique, je me suis rendu compte que j’étais vraiment fatigué. Pas de la musique, mais le reste, le business. Surtout depuis l’arrivée d’internet. La pression est devenue forte."

Avec le quartet, An Pierlé est en famille. Au sens propre puisque son compagnon, Koen Gisen assure le saxophone. Mais symboliquement aussi avec ses deux autres comparses. Hendrik Lasure (clavier/synthétiseur) sourit d’ailleurs à chacune des réponses d’An Pierlé. Comme deux amis de longue date qui savent très bien ce que l’autre a en tête. Des amis qui créent une fusion bien orchestrée dans l’album et qui devrait prendre vie sur scène. Pour Hendrik Lasure, "les morceaux seront revus à chaque concert. On les a voulus libres en les enregistrant. Ne pas trop les coincer pour pouvoir improviser en live."

An Pierlé du rire aux larmes

"Il y a beaucoup d’amour avec le quartet", reprend An Pierlé. "C’est une musique d’immersion, d’émotions. Et puis c’est plein de couleurs et dans cette période c’est nécessaire. C’est bien qu’on sorte cet album ces jours-ci. On essaye d’être à fleur de peau et à tâtons… Voilà j’ai placé tous les mots de français que je connais."

On pleure et on rit en même temps. C’est ça la musique d’An Pierlé. C’est comme ça que ça se passe en concert, c’est comme ça aussi qu’elle nous raconte son combat victorieux contre le cancer.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK