Nouveau roi pour les Pays-Bas: Willem-Alexander a prêté serment

Le couple royale est arrivé dans l'église peu après 14h au son des trompettes. Le Roi est habillé d'une longue traîne et son épouse Maxima d'un long manteau bleu. 

C'est après un hommage appuyé en faveur de sa maman que le prince Willemn-Alexander a prêté serment. Il s'est d'ailleurs adressé directement à elle en disant : "Ma chère mère, vous avez toujours agi avec convictions. Vous avez aussi été une épouse, une mère, des obligations que vous avez toujours réussi à remplir". Et d'ajouter : "Aidée par notre père, vous avez développé un style qui était le vôtre (...), aujourd’hui, c'est moi qui vous succède (...), c'est votre sagesse et votre chaleur que je vais emporter avec moi. Merci pour ces magnifiques années où nous avons pu compter sur vous comme Reine"

Le nouveau Roi a ensuite juré au peuple du Royaume "de toujours respecter et maintenir le statut du Royaume et la Constitution". Il a également lourdement insisté sur l'importance d'une confiance mutuelle entre le Roi et le peuple mais aussi entre le Roi et le politique : "Que les situations soient ou non favorables, nous devons collaborer en pleine confiance. C'est avec cette conviction que je veux m'efforcer à être Roi". 
 
Willem-Alexander s'est encore adressé aux Néerlandais : "J'arrive sur le trône à une époque où beaucoup aux Pays-Bas se sentent vulnérables. Difficile aujourd'hui de garantir un meilleur avenir à nos enfants". Ils leur demande de tous collaborer. "La créativité, l'ouverture, l'esprit d'ouverture sont toutes nos valeurs", a-t-il dit et il encourage les Néerlandais "à utiliser leurs talents"

 

Vers 19H30, les 17 millions de Néerlandais ont été invités à entonner en chœur le "Koningslied", ou chanson du roi spécialement créée pour l'occasion et critiquée pour son improbable mélange de style de dessins animés, de musique populaire et de rap, le tout soutenu par des paroles simplistes avec une grammaire déficiente.

Une multitude de concerts et de fêtes de rue sont prévues dans le pays, dont une performance en plein-air du DJ néerlandais Armin van Buuren.

Une abdication largement suivie par les Néerlandais

La reine Beatrix a signé l'acte d'abdication vers 10H10 dans une imposante salle du palais royal, situé sur la place du Dam dans le centre-ville d'Amsterdam. Le prince Willem-Alexander et la princesse Maxima ont contresigné l'acte en qualité de témoins. Beatrix redevient princesse. Son fils devient roi des Pays-Bas.

 

Moment suprême, la famille royale est ensuite apparue sur le balcon du palais, afin de saluer les quelque 25 000 personnes présentes sur le Dam, la place du centre-ville bordée d'un côté par le palais et de l'autre par la "Nieuwe Kerk", une ancienne église, où se tiendra la cérémonie d'investiture. La foule présente chantait "Merci Bea" et une immense clameur s'est fait entendre quand Beatrix est apparue à l'écran.

La Reine, visiblement émue, a pris la parole pour déclarer "faire place à une nouvelle génération". "Je suis heureuse et même très heureuse de présenter votre nouveau Roi", a-t-elle ajouté.

Willem-Alexander a ensuite pris la parole, ému lui aussi, pour remercier la Reine : "Chère maman. Aujourd'hui, vous avez abdiqué après 33 années pour lesquelles nous vous remercions intensément". Il a ensuite remercié tous les Néerlandais, présents sur la place et ailleurs, pour leur soutien et leur confiance. S'en est suivi l'hymne nationale, les trois membres de la famille royale se tenant la main et saluant la foule.

 

La fille aînée du couple royal, Catharina-Amalia, 9 ans, est désormais la princesse-héritière du royaume.

Un homme pour la première fois depuis 1890

Le jeune roi est le premier homme à monter sur le trône depuis 1890, après trois reines et une régente.

Willem-Alexander est en outre le premier d'une nouvelle génération de monarques européens, dont la moyenne d'âge est actuellement de 71 ans, à régner.

Le futur souverain devrait adopter un style plus détendu que celui de sa mère : dans une interview diffusée par la télévision publique deux semaines avant son intronisation, il a assuré vouloir être un "monarque de XXIe siècle" conciliant tradition et modernité et, surtout, ne pas être un "fétichiste du protocole".

Le nouveau souverain ne participera plus à la formation du gouvernement

Le rôle du monarque a évolué depuis la création en 1815 du Royaume des Pays-Bas, qui étaient avant cela une république.

Le nouveau roi, qui ne participera plus à la formation du gouvernement, a prêté serment devant les deux chambres du parlement, réunies en session extraordinaire dans la "Nieuwe Kerk". Il a été intronisé et non couronné, une nuance marquant la séparation entre l'Église et la monarchie aux Pays-Bas.

La journée de célébration, historique pour les Néerlandais généralement attachés à la famille royale, est marquée par deux absences: le père de la future reine Maxima, Jorge Zorreguieta, en raison de son rôle controversé durant la dictature argentine, et le frère de Willem-Alexander, le prince Friso, dans le coma depuis un accident de ski en février 2012.

Les princes et princesses héritiers du gotha européen -dont le prince Philippe et la princesse Mathilde-, ainsi que l'ex-secrétaire général des Nations unies Kofi Annan et du président du Comité international olympique Jacques Rogge, assistent aux festivités. Parmi les invités, on a également noté la présence du prince héritier du Japon dont c'est la première visite officielle depuis des années.

Les félicitations de la Belgique

Le Premier ministre Elio Di Rupo a adressé mardi, au nom du gouvernement belge, ses chaleureuses félicitations au nouveau roi des Pays-Bas Willem-Alexander et à la reine Maxima.

Il souhaite au nouveau chef de l'Etat beaucoup de succès dans l'exercice de sa tâche et réaffirme à cette occasion "l'amitié et la sympathie qui lient les citoyens belges et néerlandais".

Dans un communiqué, Elio Di Rupo rend également hommage "à la Princesse Beatrix pour l'engagement et le dévouement avec lesquels elle a servi son pays durant tant d'années".

RTBF et Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK