La Tripick élue meilleure bière belge dans sa catégorie et non meilleure bière de Belgique

Tripick: "La meilleure... du pays, dans une catégorie où elle était seule"
3 images
Tripick: "La meilleure... du pays, dans une catégorie où elle était seule" - © Tous droits réservés

C'est une info qui est passée sur plusieurs médias (dont la RTBF): la meilleure bière du monde serait belge, et même wallonne. Et il s'agirait de la Tripick, dans ses versions "blonde" et "triple".

Un argument qui a très bien fonctionné, même s'il relève d'une erreur d'interprétation des médias, et qui agace les connaisseurs du monde brassicole... car il est tout à fait exagéré, voire erroné: "Depuis plusieurs jours, des tas de gens nous en demandent dans les Beer Markets, explique David Soors qui tient deux de ces magasins spécialisés à La Louvière et à Namur. Or, non seulement on n'en a pas, mais il n’est pas prévu d’en rentrer. Cette marque de bière (je dis marque car il ne s’agit pas d’une vraie brasserie, elle est brassée à façon chez Lupulus dans les Ardennes) a bénéficié de pas mal de couverture médiatique dans la presse régionale et nationale. Or,non seulement les journalistes relayant l’info se plantent, mais les créateurs de cette marque font preuve d’une certaine malhonnêteté intellectuelle dans cette affaire".

Des tas de bières belges ont reçu le "World beer award" de leur catégorie

La confusion vient des deux prix remportés par les Tripick aux "World Beer Awards" , qui est en effet un concours international, mais qui comporte énormément de catégories, et même de sous-catégories! "Par exemple, la famille des lagers (bières de basse fermentation, comme les pils) en compte 12 à elle seule, explique David Soors. Or, c’est dans une de ces sous-catégories que concouraient les deux bières Tripick. On se demandera déjà ce que faisaient ces bières dans la famille des lagers, car les Tripick sont de haute fermentation, comme presque toutes les bières belges. Mais le principe de ce concours est que ce sont les propriétaires de la bière qui, contre monnaie sonnante et trébuchante, choisissent la catégorie où va concourir leur produit. Ici, ils ont donc choisi la sous-catégorie "Strong Lager", une catégorie où on ne rencontre presque aucune bière belge, voir aucune... car ce n’est absolument pas notre tradition brassicole".

Bref, recevoir un "World beer award" ne signifie pas qu'on est la meilleure bière du monde, tout comme une médaille d'or dans un concours de vin n'est pas synonyme de meilleur vin. C'est ainsi que des tas de bières belges ont reçu le "World beer award" de leur catégorie, comme la Gouden Carolus, la Liefmans, etc.

L'argument a pourtant fonctionné auprès de la presse, mais aussi auprès du ministre-président wallon, qui l'a relayé en allant visiter la brasserie.

La meilleure... du pays, dans une catégorie où elle était seule

Si on examine d'un peu plus près les récompenses attribuées par les World Beer Awards, on s'aperçoit en effet que les catégories et sous-catégories sont nombreuses (il y en a 71!), et qu'en plus du gagnant "mondial", un "country winner", un gagnant par pays est désigné. Mais quand plusieurs bières du pays concourent, les autres concurrentes reçoivent une mention "Gold", "Silver" ou "Bronze" selon la qualité estimée de la bière.

Dans la catégorie des "Strong Lagers", c'est donc sans concurrence que les deux Tripick ont remporté (par défaut) le titre de "Meilleures Strong Lager belges", "alors que de toute manière elles n’étaient pas censées figurer dans ce style" souligne David Soors, qui regrette que sur base de "cette médaille sans valeur", la campagne de communication ait été lancée et surtout qu'il ait été suivi d'un "relais médiatique naïf et tronqué, avec comme effet inévitable le public qui veut goûter cette bière inconnue dont tout le monde parle", alors qu'"il s’agit d’une opération marketing reposant sur une déformation des faits".

Démonter une supercherie

Le responsable du Beer Market précise toutefois ne pas vouloir dénigrer la marque, " mais notre métier étant de diffuser de la bonne bière, de conseiller et d’informer nos clients, je me sentais obligé d’expliquer un peu les faits". Ce que David Soors a notamment fait dans un long post Facebook, où il démonte la supercherie.

Une mise au point qui ne doit empêcher personne d'apprécier la Tripick, qui mérite de toute façon une palme d'or du marketing...

(Cet article a été mis à jour le 29/12/2017 et son titre a été modifié pour bien préciser que la marque n'a pas dit elle-même que la Tripick était meilleure bière du monde)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK