Mobile World Congress: smartphone flexible et 5G au taquet

Le MWC, c'est jusqu'au  28 février.
6 images
Le MWC, c'est jusqu'au 28 février. - © JOSEP LAGO - AFP

Comme chaque année, Mobile World Congress, le salon mondial des télécoms a ouvert ses portes à Barcelone. Il s’y tient jusqu’au 28 février. Au programme, des smartphones, bien sûr, mais aussi des technologies d’infrastructure. Et la principale d’entre elles : la 5G.

Le MWC n’est pas le salon le plus fréquenté. Bon an, mal an, s’y rassemblent près de 80.000 visiteurs venus du monde entier. Des ingénieurs, des scientifiques et des investisseurs. Il faut dire que le prix d’entrée est dissuasif. Cette année, il faut compter de 795 euros à… 5000 euros. Pour ce prix, le visiteur est traité en VIP : taxi à l’aéroport, accès privilégié à toutes les conférences et rencontre avec les patrons des plus grandes entreprises technologiques.

Un marché des terminaux en baisse

Les constructeurs de smartphones sont confrontés à une sorte de frustration des consommateurs. Le mobile n’évolue plus. Alors le taux de remplacement diminue. C’est bon pour l’environnement, mais ce n’est pas bon pour le marché. En 2018, les ventes ont baissé pour la première fois de 4,1%.

Pour « relancer le schmilblick », plusieurs tendances apparaissent à Barcelone. D’abord, le fameux smartphone pliable. Chez Samsung, mais aussi chez Huawei et TCL.

Les ventes seront aussi relancées par la 5G (tous les constructeurs asiatiques et souvent chinois ont présenté leur offre de téléphones 5G pour tout de suite en Asie et pour l’an prochain dans le reste du monde). Ce qui laisse penser que la révolution de la 5G imposera le remplacement de tous les smartphones sur une courte période. Mais pas avant l’an prochain en Europe.

Quoi de neuf à Barcelone?

Au MWC, Samsung a brûlé la politesse à ses concurrents en annonçant, il y a une bonne semaine, son smartphone à écran pliable, le Galaxy Fold. Il n’est d’ailleurs pas le premier à le faire. Royole, marque peu connue, est sur le coup depuis l’an dernier.

Chez Huawei, le nouveau téléphone pliable s’appelle Mate X. Une fois ouvert, il affiche un écran de 8 pouces. Pratiquement la taille d’une tablette. Fermé, il se réduit à un écran de 6,6. C’est donc plus que le nouveau Fold de Samsung qui se limite à 7,2 pouces.

Un des atouts du Mate X, c'est son épaisseur. Fermé, il se limite à 11 mm, contre 17 pour le Fold. L’affichage peut aussi se diviser en deux fenêtres autonomes. Par exemple, l’une pour la messagerie et l’autre pour afficher un texte ou une liste de photos.

Se joue aussi la guerre de la vitesse 5G. Huawei assure pouvoir transférer un film de 1 Go en 3 secondes. A voir à l’autopsie. Parmi les autres spécifications figurent la dual-Sim, deux batteries qui totalisent 4500 mA et un mode super charge qui alimente les 85% de capacité totale en 30 minutes.

Mais cela a un prix. Le plus élevé des modèles pliables exposés à Barcelone est le Mate X : 2299 euros (8 Go plus 512 Go). Ce qui a entraîné des réactions de dépit parmi les centaines de journalistes présents à la conférence de presse. C’est plus que le Samsung Fold qui s’affiche déjà à 1980 dollars.

Le FlexPai de Royole est le seul commercialisé pour l’instant. Et uniquement en Asie. Il est aussi l’un des plus grands : déployé, il affiche une image de 7,8 pouces. Il est aussi le moins cher : de l’ordre de 1400 euros quand même.

Les défis de l’écran pliable

D’abord sa standardisation. Tous les smartphones flexibles présentés semblent avoir des tailles et des formats d’écran différents. Au risque d’afficher des images trop grandes ou trop petites.

Ensuite se pose la question de la batterie : qui dit plus d’écrans, dit plus de consommation. Et une batterie plus grande pourrait redonner de l’épaisseur à nos smartphones devenus ultraplats. On voit d’ailleurs que tous les modèles pliables présentés dépassent le centimètre d’épaisseur. Et approchent parfois les 2 cm.

2019, déjà le lancement de la 5G dans plusieurs pays

En Asie, la machine se lance. Aux Etats-Unis, 19 villes seront ouvertes à la 5G dès 2019. Ce devrait aussi être le cas de 17 villes européennes.

Mais la vraie commercialisation débutera en 2020. Certains pays, comme la Belgique, ne sont pas en avance. Mais en 2025, la 5G représentera 30% des connexions en Europe. Pour cela les opérateurs vont investir, au niveau mondial, 160 milliards de dollars par an.

Selon un rapport de la GSMA, la 5G va participer sur 15 ans pour 2,2 billions de dollars à l’économie mondiale. Car la 5G, ce n’est pas qu’une étape supplémentaire après la 4G. C’est une rupture, un nouvel univers qui introduira l’intelligence artificielle dans la gestion des villes, des routes, des maisons, des entreprises et des objets connectés. Et la gestion des réseaux de distribution d’énergie.

La 5G va modifier notre vie dans les 5 à 10 années qui viennent

Ce sera la généralisation de l’internet des objets et de la réalité augmentée. Cela commencera fin 2019 et modifiera notre vie dans les 5 à 10 années qui viennent.

La communication des données s’impose dans tous les secteurs économiques et plus seulement dans les domaines IT. Pour le meilleur et pour le pire, puisque cela signifie l’introduction de millions de capteurs dans notre environnement. A la maison, au boulot et jusque dans nos vêtements et dans notre corps. Songez à un pacemaker par exemple. Certains prédisent un futur univers totalement surveillé. Ce qui n’est pas une idée absurde.

Les gadgets du futur

Voilà que se présente la reconnaissance veineuse. Vous oubliez les mots de passe et les empreintes digitales. Avec le G8 de LG, votre identification se fait à l’aide d’infrarouge qui reconnaît la forme, l’épaisseur et l’agencement des veines de la main. Et cela se fait devant l’écran, sans le toucher. Pour cela, un nouveau capteur fait son apparition le TOF (Time of flight). Vous montrez votre main à l’écran et le tour est joué.

Ce capteur TOF (qui veut dire « chouette » ou agréable en bruxellois) va se généraliser pour nous permettre de commander notre smartphone sans même le toucher, par exemple lorsque vous faites la cuisine et que vos doigts sont un peu gras. Et ça marche aussi dans le noir. Retenez cet acronyme TOF, parce qu’il va aussi équiper les nouveaux casques de réalité augmentée (comme le nouveau Hololens 2 de Microsoft). Car ce capteur miracle permet aussi de mieux scanner des objets 3D dans une pièce.

Original également, le nouveau Nokia 9 doté de 5 capteurs pour une seule optique. Le but est de capter 10 fois plus de lumière qu’un appareil classique.

Mais le plus original est ce traducteur en temps réel sur messageries instantanées. Son nom : Kotozna. Il permet à deux personnes parlant des langues différentes (104 langues sont supportées) de se comprendre parfaitement dans une discussion au sein de différentes messageries comme Facebook, Whatsapp, etc. Chacun dialogue, dans sa langue propre, le message étant expédié sous forme de traduction. Le tout en temps réel. La seule procédure consiste à ouvrir l’appli, à scanner un QR code et c’est parti. C’est gratuit pour les particuliers, mais payant pour les entreprises.

La couleur fait aussi sa réapparition au MWC. L’an Passé, Nokia avait sorti un modèle Jaune Banane, cette année, c’est au tour du revenant Blackerry de lancer une « Red edition ». Rien d’extraordinaire, mais ça « fait le buzz »

Et pour terminer, une idée du constructeur LG qui ne propose pas de téléphone pliable, mais un accessoire qui prend la forme d’un second écran caché dans la coque de protection qui accueille ainsi un second écran. C’est surtout destiné aux gamers, qui disposent ainsi de place supplémentaire pour la manette de jeu virtuelle. Mais Asus avait déjà proposé ce type de configuration.

Intelligence artificielle

A Barcelone, l’accent est aussi mis sur l’intelligence artificielle des smartphones. Et sur l’introduction qui se généralise d’une troisième puce. Après le CPU et le GPU, voici le NPU (Neural Processing Unit). Lancée il y a près de 2 ans par Huawei, cette puce d’intelligence artificielle devrait, à l’avenir, rendre notre téléphone plus intelligent que nous, mais pour l’instant il est surtout utilisé pour réaliser de meilleures photos.

Ségrégation téléphonique

Parmi les nombreuses études publiées lors du MWC, figure celle-ci, qui constate que dans les pays à faibles et moyens revenus, la femme ne dispose pas du même droit au smartphone que l’homme. Les femmes sont 10% de moins que les hommes à disposer d’un mobile et 23% de moins à accéder à internet via un mobile. Dans ces pays, 432 millions de femmes n’ont toujours pas d’accès à la communication mobile. C’est en Asie du Sud que les différences homme/femme sont les plus fortes.

Et pour conclure

La conclusion de ce salon est que le smartphone est en train de devenir un couteau suisse. Il est désormais un véritable appareil photo avec de vrais objectifs, un écran flexible peut le transformer en tablette et on peut l’utiliser comme action cam. Et surtout, la 5G va le faire entrer, dans un ou deux ans, dans un univers qui lui permettra de contrôler de nombreux objets connectés. De la porte de la maison à notre voiture.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK