Missile sur le vol MH17: les réseaux sociaux mènent l'enquête

Missile sur le vol MH17: les réseaux sociaux mènent l'enquête
4 images
Missile sur le vol MH17: les réseaux sociaux mènent l'enquête - © Tous droits réservés

Dès l'annonce de la disparition du vol 17 de Malaysia Airlines au dessus de l'est de l'Ukraine en guerre, les réseaux sociaux ont commencé à rassembler et analyser des images, des vidéos et des informations pour mener l'enquête.

Storyfull, une communauté triant et vérifiant les informations disponibles sur les réseaux sociaux, pour les journalistes et experts en temps réel, s'est penchée sur l'abondante moisson d'images et d'informations concernant les causes de la disparition de l'avion de Malaysian Airlines le 17 juillet dernier au dessus de l'est de l'Ukraine.

Dès ce jour-là, des preuves de l'existence de systèmes de lancement de missiles sol-air de type "Buk", ou SA-11, dans les rangs des milices séparatistes pro-russes de la "République populaire de Donetsk" ont fait leur apparition.

Storyfull note cependant que les forces régulières ukrainiennes disposent aussi de tels missiles mais tant les déclarations officielles des occidentaux que les données disponibles sur les trajectoires de l'avion et du missile indiquent que son origine se situe dans une zone contrôlée par les milices séparatistes.

Il fallait vérifier la valeurs de ces "preuves", ce que l'"Open Newsroom" a pu faire depuis pour en arriver à la conclusion que les membres de cette milice semblaient avoir au moins eu accès à un système de missiles capable de descendre un vol comme le MH17.

Ces preuves incluent des tweets, dont certains ont été effacés mais ont pu être copiés et sont consultables.

Ce tweet du 19 juin avait été signalé par l'agence ITAR-TASS et se retrouve traduit ici avec la photo originale.

Ceci a permis de retracer l'origine de cet arsenal, arrivé dans la région en 2007 en provenance d'Odessa, pour être déployé à proximité de l'aéroport de Donetsk, pris d'assaut par les séparatiste fin juin.

"Nous venons d'abattre un Antonov"

Un autre apport intéressant des réseaux sociaux est ce message sur le réseau social VK du 17 juillet, publié à 14H16 GMT, soit au moment de la disparition du vol MH17, d'un officier des milices séparatistes se vantant d'avoir descendu un Antonov 26, un avion de transport militaire.

Or, aucune perte d'un tel appareil n'a été signalé par l'armée ukrainienne et aucune image de ce fait d'arme n'existe.

Là aussi, post retiré, mais repris dans un tweet que voici.

Une capture d'image du post sur le réseau VK permet de lire cette phrase "Nous venons d'abattre un AN-26 dans la zone de Torez. Il s'est éparpillé autour de la mine du Progrès. Nous les avions avertis - Ne volez pas 'dans notre ciel'", le tout accompagné de deux vidéos.

L'officier se serait donc trompé de cible et aurait effacé le post qui signait le crime par la suite.

D'autres éléments, des vidéos et des photos notamment mais aussi des témoignages, permettent de poursuivre l'enquête sur les réseaux sociaux.

Découvrez-le dans l'article de Storyfull ici.

Enfin, les rédacteurs de l'"open newsroom" de Storyfull ont créé cette carte interactive localisant  les images partagées sur les réseaux sociaux. Il suffit de cliquer sur les icônes pour faire jouer les vidéos ou visualiser les images.


Afficher MH17 'Buk' Missile Evidence sur une carte plus grande

JFH

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK