Minecraft, le jeu vidéo pour créer un monde à votre image, mais en cubes

Un chateau fort
4 images
Un chateau fort - © Flickr, Creative Commons, kenming_wang

Google vient de publier la liste des mots le plus recherchés de 2011. Loin devant DSK, Facebook et tous les autres, les internautes recherchent "Minecraft". Ce mot a explosé dans le moteur de recherche, +1 400%. Ce jeu vidéo est devenu le jeu le plus populaire d’internet, voire un phénomène de société.

12 millions de joueurs, 4 millions d’exemplaires vendus. Et le jeu n’est terminé que depuis novembre. Minecraft est un ovni. Il n’est comparable à rien d’existant. Dans ce jeu, le joueur a la faculté de créer et de modifier une planète entière en agissant sur de gros blocs, style Lego, en forme de bois, de pierre et d’eau.

Le jeu tire sa puissance des possibilités offertes aux joueurs. Il permet de se lancer dans les constructions les plus folles, que ce soit le Taj Mahal, Notre Dame ou même l’Étoile Noire de Star Wars. Mais pour bâtir un monument ou une ville il vous faudra aussi créer les outils adaptés et les utiliser convenablement. Et si vous n'avez pas la fibre créative, le jeu vous propose aussi de survivre dans des milieux hostiles ou infestés de zombies...

Le jeu est d’une simplicité graphique incroyable. Il suffit d’imaginer des carrés bruns, bleus et verts à perte de vue. Son créateur, le suédois Markus Persson, a lancé l’aventure Minecraft en 2009 sur un forum de joueurs et créateurs de jeux indépendants.  Le programmeur précise bien qu'"il s’agit d’une version Alpha, alors il doit y avoir des bugs". La version Alpha d’un jeu est une version test avant la création d’une version plus complète et plus riche, les bugs en moins.

Markus Persson s’inspire de deux mythes du jeu vidéo (Infiniminer et Dwarf Fortress) dont il reprend le principal fonctionnement : la création aléatoire d’un univers infini composé de cubes.

Le cube, l’Alpha et l’Omega du jeu

Le cube c’est l’hostie du programmeur. Tous les secrets de l’univers sont réalisables avec lui, sans réclamer un ordinateur puissant. C’est grâce à cela que Minecraft génère son monde gigantesque. Et le design, décidément une valeur suédoise, est magnifiquement rétro entre Tetris et les premiers Mario. Notch, alias Markus Persson dans la vraie vie, voit son bébé devenir populaire à très grande vitesse.

Minecraft est né en 2009, en l’espace de 7 jours. D’abord gratuit, en simple téléchargement, Notch décide de travailler un peu plus sur ce projet. Le suédois propose de commander la version finale de son jeu pour 10 euros. Et alors qu’on peut trouver le jeu sur internet sans sortir sa carte bancaire, quelques personnes mettent la main à la poche. Un an plus tard, 6 000 personnes ont acheté son jeu. Puis c’est l’emballement. De 200 acheteurs journaliers début 2010 on passe à 26 000 dès la fin 2010. La bagatelle de 260 000 euros de chiffre d’affaire par jour. Le 12 janvier 2011 Minecraft dépasse le million d’acheteurs. Pour la version définitive, ce sont quatre millions d’exemplaires vendus et 4 000 connections par seconde au serveur de téléchargement. Des chiffres qui donnent le tournis.

Le David terrasse les Goliath du jeu vidéo

Monstre sacré des développeurs indépendant, Minecraft est à des années-lumière des standards de l’industrie. A l’approche de Noël par exemple, Activision sort son jeu Call of Duty. Ce jeu à nécessité plus de 100 millions de dollars rien qu’en développement et est vendu entre 58 et 70 euros pièce. Loin des 15 euros de Minecraft.

Les aficionados se comptent par légions. Pour l’heure il y a 12 millions de joueurs, soit autant que le jeu Angry Birds, phénomène du début 2011. Plus étonnant peut-être, le jeu cubique rivalise avec le géant du jeu en ligne World Of Warcraft et ses 12 millions d’abonnements à 12euros99 par mois.

Même si Markus Persson a arrêté de travailler sur Minecraft, une version est prévue début 2012 sur Xbox 360. Une nouvelle conquête en perspective d'autant que des forums proposent des "modes" de jeu supplémentaires librement accessibles.

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK