Meetic, Tinder... : les sites de rencontre favorisent-ils la mixité sociale?

Meetic, Tinder,... : les sites de rencontre favorisent-ils la mixité sociale ?
Meetic, Tinder,... : les sites de rencontre favorisent-ils la mixité sociale ? - © Tous droits réservés

Meetic, Tinder, AdopteUnMec.com... les sites et les applications dédiées aux rencontres amoureuses sont-elles en train de changer profondément le visage de notre société ? Deux économistes américains viennent de publier une étude étonnante. Josue Ortega et Philip Hergovich parviennent à la conclusion que les rencontres en ligne favorisent notamment les mariages inter-raciaux et font diminuer le nombre de divorce.

Des rencontres en ligne plus mixtes

Les deux chercheurs ont compilé une série de chiffres qui reprennent "comment des couples se rencontrés" : au boulot, grâce à des amis, sur le web. Depuis 1995 et l'arrivée des sites de rencontre, on observe une nette augmentation du nombre des rencontres en ligne. De zéro en 1995, la courbe grimpe à plus de 1 couple sur 5 en 2010.

Aujourd'hui, aux Etats-Unis, l'histoire d'un mariage sur trois a débuté en ligne. Parallèlement à cette augmentation du nombre de couples formés sur internet, on observe aux Etats-unis, une augmentation plus forte des mariages interaciaux qu'auparavant. Celle-ci débute aussi en 1995.

Sur le web, nous rencontrons des inconnus

Parmi les hypothèses pour expliquer le phénomène, le fait qu'à travers ces sites et ces applications, nous rencontrions des inconnus. Traditionnellement, pour fonder un nouveau couple, nous nous tournons vers les amis d'amis, les collègues, les amis de collègues. Ceux avec qui nous avons ce que l'on appelle un lien faible : ils ne sont pas nos tout proches mais, par toute une série d'aspects, nous ressemblent, font partie de notre horizon, de notre réseau élargi. Avec les rencontres en ligne, ces liens-là tombent... Le champ des possibles s'élargit, alors.

Les rencontres en ligne feraient baisser le taux de divorce

Là aussi, l'absence de liens préalables pourrait être en jeu. C'est l'explication avancée par Nathalie Nadaud-Albertini une sociologue sur le site d'information Atlantico. "On peut expliquer la solidité des unions issues des rencontres en ligne par la dimension très individualisante de la démarche. (...) Aller sur un site de rencontres est une démarche très personnelle où les proches n’interviennent pas. C’est donc le choix propre qui guide la rencontre. On ne le confronte pas immédiatement avec le jugement des autres, qu’ils appartiennent à nos amis ou à notre famille. Et quand ce dernier intervient, le couple est déjà constitué, les liens sont là, l’histoire aussi, et les deux protagonistes se projettent ensemble dans un avenir commun. Donc le regard des autres a moins de prise sur l’union que s’il était intervenu au tout début de la rencontre, quand les deux personnes alternent entre enthousiasme et doute."

Algorithmes et applications de recontre : vers ceux qui nous ressemblent

Se rencontrer sur internet, est-ce alors la panacée ? Forcément, ce n'est pas si simple. Le fonctionnement de ces outils apporte aussi son lot de biais. Premier d'entre eux : les applications et les sites de rencontre sont fondés sur des algorithmes. Des calculs, des formules qui vont proposer à tel et tel profil d'utilisateur de se rencontrer. Ces algorithme tendent à chercher à assembler des personnes qui se ressemblent. Un exemple : sur Tinder, le leader de la rencontre amoureuse sur smartphone, chaque utilisateur a un "score de désirabilité". Un score qui est d'ailleurs secret, vous ne le connaissez pas.

Mais Tinder va vous faire rencontrer des personnes qui ont un score de désirabilité identique. Les plus désirables ensemble, les moins désirables ensemble.... Pas certain que cela favorise la mixité ?  Les différences sociales ne sont pas, non plus gommées, sur les sites de rencontres. Elles se cristalisent simplement différemment. Un exemple : l'orthographe. Une étude sur le site de rencontre Meetic l'a montré : le niveau décriture est un puissant élément de discrimination.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK