Mariage du Prince Harry et Meghan Markle: comment expliquer cet engouement général?

Le mariage tant attendu du prince Harry et de Meghan Markle c'est ce samedi. Un événement important pour tous les passionnés de la famille royale britannique. 

Leo Cendrowicz est un journaliste anglais pour The Independent à Bruxelles, il se dit "fasciné par l’aspect médiatique et l’aspect historique."

Le défi de la modernisation

Il s'interroge aussi sur l'évolution de cette institution et sur la façon dont elle va s’adapter avec l'arrivée de Meghan Markle. Un mariage impensable il y a quelques années puisque puisque la future mariée est Américaine, qu'elle n’est pas issue de la noblesse et qu'elle est divorcée. 

"La modernisation de la monarchie est quelque chose qui est toujours un défi pour la Grande-Bretagne. En 1936, il y avait l’ancien roi Edward VIII qui était amoureux d’une divorcée américaine, Wallis Simpson, et il a dû abdiquer le trône. Maintenant, ce n’est pas la même situation. Il y a une divorcée, elle est moitié noire, moitié blanche, et ça, c’est quelque chose d’assez différent pour la famille royale et c’est même relativement nouveau pour la société britannique. Elle est actrice, un métier qui fait une sorte de concurrence avec la royauté quand on parle de la publicité et de ce qui se passe dans les tabloïds. Donc, c’est un mariage assez intéressant pour tout le monde", explique le journaliste.

La future Lady Di?

Beaucoup de personnes comparent Megan Markle à Lady Diana, c'est le cas de Leo Cendrowicz.

"Elle est belle, elle est très charmante et elle est très chaleureuse. On le voit lors de ses rencontres avec le public. Les gens qu’elle ne connaît pas, elle met ses mains autour d’eux, elle les embrasse et c’est fascinant à voir ça, c’est ce qu’on voyait avec Lady Di. Elle a certains points de vue politiques, on vient de parler du fait qu’elle était pour Hillary Clinton ; Lady Di avait ses causes, elle était très importante quand il fallait montrer aux Britanniques que ceux qui ont souffert du sida étaient toujours des humains."

Mais ces points communs ne garantissent en rien un destin aussi tragique que Lady Di: "Lady Di avait des aspects psychologiques. Elle s’était mariée avec quelqu’un et très vite elle a réalisé que ce n’était pas un mariage de conte de fées. Il y avait une sorte de guerre contre la famille royale, elle était constamment en guerre contre la famille royale pendant qu’elle était là. Meghan est beaucoup plus à l’aise, elle ne fait pas de drames comme ça." 

Amour et stratégies

Pour le journaliste, les futurs époux "donnent l'impression que c'est un mariage d'amour".

"Il y avait une interview il y a quelques mois, où ils étaient sur un canapé ensemble, elle tenait sa main, elle la serrait très fort et il semble qu’ils sont très " normaux ". Quand il lui a demandé sa main, c’était dans la cuisine quand elle était en train de préparer un plat de poulet."

Mais cette réalité là serait-elle montée de toute pièce par la famille Windsor? En plein Brexit, y-aurait-il un volet stratégique et politique à ce mariage?

"On peut dire que la Grande-Bretagne est en train de subir une sorte de crise nationale avec le Brexit. Ils se demandent où ils se dirigent, ils se posent des questions sur leur identité, et maintenant il y a quelque chose qui montre que cette institution ancienne — la monarchie et la famille royale — est en train de se moderniser et de s’ouvrir au monde", précise-t-il.

"Le Brexit est bien sûr un phénomène qui est une sorte d’isolement, de recul du monde, mais ceci est l’inverse. C’est cette ancienne institution qui montre qu’elle est peut-être plus ouverte que le gouvernement." 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK