Mariage du prince Harry: avant le jour J, Windsor s'est transformée en forteresse

Les préparatifs entraient dans leur dernière ligne droite vendredi, à la veille du mariage du prince Harry avec l'ex-actrice américaine Meghan Markle à Windsor, où sont attendus des dizaines de milliers de visiteurs.

La pittoresque ville anglaise de Windsor a pris des allures de forteresse : chaque recoin est passé au crible pour garantir la sécurité des noces et des dizaines milliers de spectateurs attendus.

Parmi la foule venue nombreuse jeudi assister à la répétition par l'armée de la procession en calèche des futurs mariés, des dizaines de policiers patrouillent à pied, en voiture, à vélo ou à cheval sous un chaud soleil printanier.

Dans une des rues jouxtant le château où la reine Elizabeth II aime passer ses week-ends, à une trentaine de kilomètres à l'ouest de Londres, ils examinent, une petite lampe torche à la main, tous les lampadaires, feux tricolores, poubelles ou plaques d'égout sur leur parcours.

"Nous procédons simplement à des inspections pour assurer que le mariage se déroule en toute sécurité", dit l'un d'eux à l'AFP. Un autre est à la recherche d'éventuels "explosifs" avec son chien renifleur mais, comme ses collègues, refuse de s'étendre davantage sur sa mission.

Fouilles

Des barrières massives ont été mises en place pour prévenir toute attaque au véhicule-bélier, plusieurs routes ont été fermées, les plaques d'immatriculation des voitures sont scannées automatiquement et les caméras de surveillance déployées en nombre dans la cité de plus de 30.000 habitants.

Le dispositif de sécurité, préparé depuis des mois, est à la mesure de la foule attendue: le mariage, qui sera relayé par quelque 5.000 journalistes accrédités, devrait attirer plus de 100.000 visiteurs, selon la police du district de la vallée de la Tamise.

"Il y a aussi de nombreuses mesures de sécurité qui ne se voient pas", souligne un porte-parole auprès de l'AFP.

Le jour J, les gares seront sous haute surveillance, les véhicules inspectés et les visiteurs soumis à des fouilles. Aucun drone ne pourra survoler la zone.

"Il peut y avoir des manifestations et les choses peuvent toujours mal tourner quand vous avez ce genre de foule", souligne Chris Phillips, un ancien responsable du contre-terrorisme de la police britannique, interrogé par l'AFP. Mais "la plus grande menace, c'est évidemment le terrorisme".

"Il faut traiter tout le monde comme un possible fauteur de trouble ou terroriste", résume celui qui dirige aujourd'hui Ippso, une société de conseil en sécurité.

Secoué en 2017 par une série d'attentats revendiqués par le groupe jihadiste État islamique, le Royaume-Uni est en niveau d'alerte "grave", soit l'avant-dernier échelon correspondant à une menace d'attentat "hautement probable".

Le nombre des policiers mobilisés n'a pas été dévoilé - "probablement plusieurs milliers", estime Chris Phillips. Pas plus que le coût de la sécurité, assumé par le contribuable. Au mariage de Kate et William en 2011, il s'était élevé à 6,3 millions de livres (7,2 millions d'euros), selon l'agence Press Association.

La touche finale aux préparatifs

Accompagnée des futurs mariés, la mère de Meghan Markle, Doria Ragland, doit rencontrer la reine Elizabeth II et grand-mère de Harry vendredi, probablement pour prendre le thé dans l'après-midi au château de Windsor.

Cette professeure de yoga de 61 ans, arrivée de Los Angeles mercredi, a déjà fait connaissance avec d'autres membres de la famille royale, dont le témoin et frère aîné du marié, le prince William, et son père, le prince Charles.

Les fiancés passeront leur dernière nuit de célibataires séparément, dans des hôtels de luxe proches de Windsor : Harry avec son frère, et Meghan avec sa mère.

A l'approche de la cérémonie, qui sera relayée par les télévisions du monde entier, les spéculations allaient bon train sur la robe que portera l'ex-actrice américaine : sera-t-elle blanche ? En dentelle ou de satin ? Fruit d'un couturier britannique ou étranger ?

Autre grande inconnue : qui conduira la mariée à l'autel samedi, en l'absence de son père, en convalescence d'une opération du coeur mercredi. Est-ce que ce sera Doria Ragland? Le prince Charles? Ou le prince William? Voire Markus Anderson, un ami très proche de Meghan Markle et consultant du club privé Soho House à Toronto.

Le prince Harry n'a jamais rencontré son futur beau-père Thomas Markle, 73 ans, au coeur d'une polémique pour avoir posé pour des photos rémunérées, de son aveu stressé par l'attention médiatique autour de sa personne. La rencontre était prévue cette semaine.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK