Magritte du cinéma: les données saisies par le producteur de "Marbie" doivent être détruites

Illustration du tournage de Marbie
Illustration du tournage de Marbie - © Paul Barbieux

Quatre mois après que le tribunal des référés de Charleroi ait validé la saisie pratiquée par le producteur du film "Marbie, star de couillu les deux églises", le juge des référés du tribunal de première instance de Charleroi vient de donner raison à l'Académie André Delvaux, l'organisateur de la cérémonie des Magritte. 

"Le Juge fait droit aux demandes de l’Académie André Delvaux. Il interdit à Big Bang Prod, le producteur de 'Marbie Star de Couillu les deux Eglises' d’utiliser ces données dont il s’était emparé, lors de la saisie d’huissier, alors que l’ordonnance ne le lui permettait pas, et qu’il avait ensuite utilisées, abusivement et erronément, lors de ses communications vis-à-vis de la presse. Le Juge exige aujourd’hui leur destruction, sous astreinte de 1500 euros par jour de retard", annonce un communiqué de l'organisateur. 

"Communication abusive"

Car si l'Académie Delvaux ne contestait pas la saisie des données relatives au scrutin qui a désigné le film remportant le Magritte du premier film, elle contestait "l'utilisation de ces données par le producteur du film" dénonçant notamment "la communication abusive, partielle et mensongère de ces données à la presse par le producteur et la réalisatrice de Marbie Star dans le seul but de discréditer la procédure et les résultats des votes".

Le film "Marbie, star de couillu les deux églises" était en lice lors de la cérémonie des Magritte 2015 pour le Magritte du premier film, une récompense attribuée sur base de votes exprimés par internet. Durant la période du vote, le producteur du film, Dominique Dubuisson, avait soupçonné une série d'irrégularités. Il s'était notamment étonné du fait que la durée du vote ait été prolongée et de l'absence d'un huissier supervisant l'ensemble des opérations. Le producteur s'était alors tourné vers la justice.

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK