Loup Bureau, étudiant en journalisme de l'IHECS détenu en Turquie, bientôt libéré

Le comité de soutien et l'avocat du journaliste français Loup Bureau, emprisonné en Turquie depuis 51 jours, ont annoncé vendredi sur les réseaux sociaux sa libération prochaine.

Sa libération est "imminente", a également souligné sur Twitter Christophe Deloire, le secrétaire général de RSF, tandis que le comité de soutien du journaliste français a assuré qu'il devrait arriver à Paris samedi.

Martin Pradel, son avocat avec Rusen Aytac, confirme que Loup Bureau "sera expulsé de Turquie prochainement". Mais le dossier du journaliste français n'est "pas clos". Selon l'avocat, "il faudra poursuivre le combat".

"Dans l'immédiat, cette libération est un soulagement immense pour la famille et les amis [...] Nous saluons l'action de la France, et des personnes qui dans l'ombre (ou non) agissent en son nom", ajoute Martin Pradel.

"Nous sommes très heureux et soulagés", a réagi vendredi Jean-François Raskin, administrateur général de l'IHECS, après l'annonce de la libération de Loup Bureau.

"Nous nous sommes battus pour le soutenir et soutenir ses proches. Nous voulons remercier ceux qui ont œuvré en Belgique et en France, même en coulisses, de manière efficace, pour sensibiliser les différentes instances à la situation", ajoute Jean-François Raskin.

Par ailleurs, le rassemblement prévu samedi place de la Bourse à Bruxelles en soutien au jeune homme est annulé, a indiqué sur la page Facebook de l'événement le comité de soutien #FreeLoupTurkey. "L'événement de demain est annulé, nous venons d'apprendre la libération de Loup Bureau!", indiquent les organisateurs dans un commentaire.

Accusé de "terrorisme"

Loup Bureau a été interpellé le 26 juillet dernier à la frontière entre l'Irak et la Turquie, après que des photos le montrant en compagnie de combattants kurdes syriens des YPG (un mouvement considéré comme une organisation "terroriste" par Ankara) ont été trouvées en sa possession. Accusé "d'appartenance à une organisation terroriste armée", il a été placé en détention provisoire le 1er août.

La justice turque avait rejeté à deux reprises une demande de libération conditionnelle du journaliste âgé de 27 ans, habitué des terrains de guerre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir