Les ventes d'Intel battent un nouveau record au 3e trimestre

Le numéro un mondial des microprocesseurs Intel a annoncé mardi avoir dégagé un chiffre d'affaires record pour le troisième trimestre, en dépit de son avertissement du mois d'août, assorti d'un bond de 59% de son bénéfice net à 2,955 milliards de dollar.

Rapporté au nombre d'actions, le bénéfice revient à 52 cents, alors que les analystes n'en attendaient que 50.

Le chiffre d'affaires, à 11,102 milliards de dollars (+18%), est dans la fourchette évoquée en août (entre 10,8 et 11,2 mds USD), lorsque le groupe de Santa Clara (Californie, ouest) avait prévenu que la faiblesse des ventes d'ordinateurs aux particuliers ne lui permettrait pas de tenir ses précédents objectifs de ventes, situés entre 11,2 et 12 milliards de dollars.

"Ces résultats sont dus à une solide demande de nos clients professionnels, aux ventes de nos produits phares et à la croissance continue sur les marchés émergents", a souligné le directeur général Paul Otellini.

Même si le chiffre d'affaires trimestriel du groupe a dépassé pour la première fois les 11 milliards de dollars, le directeur financier Stacy Smith a souligné que les ventes n'avaient progressé que de 3% par rapport au printemps, alors que la moyenne saisonnière est de 9%.

"Pour l'avenir, nous continuons à prévoir une saine demande mondiale pour les produits informatiques de tous types", a-t-il ajouté, se réjouissant également des multiples applications de la puce Atom dans des produits aussi divers que les nouveaux téléviseurs connectés à Google et les tablettes sous Windows ou Android.

Pour le trimestre en cours, Intel a indiqué tabler sur un chiffre d'affaires de 11 à 11,8 milliards de dollars, alors que les analystes tablaient jusqu'à présent sur 11,3 mds USD. Cela représenterait une nouvelle croissance séquentielle molle, de 3% par rapport à l'été.

La marge brute devrait se maintenir autour de 67%, plus ou moins deux points, alors que sur le trimestre écoulé, elle a reflué à 66%, contre 67% au deuxième trimestre.

Le titre gagnait 0,91% dans les échanges électroniques après la clôture de la Bourse, à 19,95 dollars.

"Ce qui ressort ici c'est qu'Intel avait déjà suffisamment abaissé la barre pour pouvoir dépasser les attentes, et ils avaient déjà suffisamment modéré les attentes pour le quatrième trimestre", a estimé l'analyste Jon Ogg, sur le site 247WallSt.com.

Lors d'une téléconférence avec des analystes, la direction a affiché sa foi dans les nouvelles catégories de produits électroniques.

Alors que les tablettes iPad d'Apple (qui n'utilisent pas de puces Intel) sont déjà un succès confirmé, Paul Otellini a affirmé que cette nouvelle catégorie, qui doit se développer très prochainement avec des appareils sous Windows et sous Android, développerait le marché informatique global, sans trop cannibaliser celui des ordinateurs personnels.

"Nous accueillons volontiers leur arrivée", a-t-il dit, convaincu qu'elles feront croître le marché global, tout comme les mini-ordinateurs portables de type netbook l'ont fait. "En fin de compte la catégorie des tablettes améliorera notre bénéfice, plutôt que de l'amputer".

Paul Otellini s'est aussi réjoui des "smart TV", les télévisions connectées à l'internet, le jour même où Sony présentait son téléviseur permettant de bénéficier des services Google TV.

Enfin il s'est montré très optimiste pour le lancement de la prochaine puce graphique Sandy Bridge, censée améliorer notamment l'expérience des amateurs de jeux vidéos. "C'est la plus grande amélioration de performance de notre histoire", a-t-il assuré, et "la demande (à ce stade) est bien plus forte que prévu".


AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK