Les Suisses vont voter sur la fin éventuelle de la redevance radio-télé

Le 4 mars, les Suisses voteront aussi dans le cadre d’une votation sur l'avenir de la redevance radio-télé. Cette initiative est intitulée No Billag, en référence à la société qui perçoit cette redevance. Les jeunes libéraux sont à l'origine de cette votation. Ils se disent ulcérés par le montant de la redevance bien trop élevé pour eux : environ 400 euros par an.

Louise, une Suisse opposée à la redevance, témoigne : "On a une sorte d’abonnement qui nous propose un peu de tout, mais finalement c’est beaucoup de rien, car il y a peu de choses qu’on utilise de manière effective."

Trois quarts des revenus dépendent de la redevance

Ils veulent donc supprimer cette redevance, quitte à mettre en jeu l'avenir des médias de service public. En effet, trois quarts des revenus de la Société suisse de radiodiffusion et télévision (SSR) dépend de cette redevance.

Pour Pascal Crittin, responsable de la section francophone de la SSR, ce serait la fin du service public : "Si on ne peut pas produire les émissions qui sont financées par ces ressources, on n’obtient pas la publicité qui complète le financement, car sans émission, il n’y a pas de publicité."

La fin de la redevance serait aussi synonyme de la fin du principe de solidarité dans le secteur audiovisuel. Pour l’instant, les Suisses alémaniques, majoritaires, paient plus qu’ils ne reçoivent, ce qui est bénéfique pour les minorités linguistiques.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK