Les sites de la Banque Nationale et de BNP Paribas Fortis piratés

Le groupe de hackers "Down Sec" – Down, section Belgique – s'est une nouvelle fois attaqué à un site officiel ce lundi matin. Cette fois, c'est le secteur bancaire qui était visé. À commencer par le site Web de la Banque Nationale de Belgique (BNB) – www.nbb.be – qui a été rendu inaccessible peu après 11 heures.

Le site Web de BNP Paribas Fortis a lui aussi attaqué en matinée, et n'était dès lors pas consultable durant moins d'une demi-heure. Il n’y a toutefois pas eu d’intrusion dans le système, cette attaque n'a donc aucun impact sur la sécurité des données.

Comme pour la plupart des derniers piratages, il doit plus que probablement s'agir d'attaques par déni de service, autrement dit un nombre excessif de demandes qui finit par saturer les serveurs des sites visés.

Dimanche, Down Sec avait déjà pris pour cibles le site web de l'Agence fédérale de contrôle nucléaire (AFCN), le site du cert.be, la "cyber emergency team" (l'équipe d'intervention d'urgence en sécurité informatique du fédéral) et enfin celui du Centre de crise du SPF Intérieur. Ils avaient alors indiqué à la RTBF vouloir dénoncer la faiblesse de la cybersécurité des centrales nucléaires belges, même si le site officiel ne contient aucune information sensible par rapport à la sécurité de celles-ci, et rappeler les inquiétudes des pays voisins face à notre parc nucléaire vieillissant.

Deux jours plus tôt, les sites du Premier ministre, de la Défense et du Sénat avait été attaqués eux aussi, quelques jours après s'en être pris aux sites de la ministre francophone de l'Éducation Joëlle Milquet (cdH) et de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Par ces attaques, ils exigeaient une réaction du gouvernement fédéral et un communiqué des autorités judiciaires, concernant l'affaire du suicide de la petite Madison le 9 février dernier.

En novembre 2015, Down Sec s'étaient déjà attaqué à celui du Comité R, peu de temps après le site wallonie.be.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK