Les Magritte du Cinéma 2013 pour "rendre le cinéma belge glamour"

En 2012, Bouli Lanners avait été sacré meilleur réalisateur
En 2012, Bouli Lanners avait été sacré meilleur réalisateur - © BELGA PHOTO OLIVIER VIN

La cérémonie des "Magritte du Cinéma" a été conçue pour "attirer le public dans nos salles" et rendre "glamour" le cinéma belge, a expliqué jeudi Patrick Quinet, président de l'Union des producteurs de films francophones et organisateur de l'événement qui aura lieu samedi à Bruxelles. Vingt-et-un trophées y seront remis afin de récompenser le "meilleur" du cinéma belge.

"Au début, les artistes craignaient le côté un peu 'cheap' de la cérémonie. Ils avaient peur d'associer leur image à quelque chose de ringard. Les réalisateurs et acteurs belges étaient également réticents à l'idée de se congratuler entre eux", note Patrick Quinet. "Mais la première édition a prouvé la qualité du travail au niveau de la mise en scène, des décors, de la présentation, de la soirée, des partenaires... il y avait un haut niveau de glamour."

A l'heure actuelle, confie le producteur, les partenaires sont de plus en plus nombreux à sonner à la porte des Magritte, qui gagnent en notoriété également auprès des artistes puisque l'Académie Delvaux, organisatrice de la cérémonie, est passée de 450 membres en 2011 à 700 aujourd'hui.

Au niveau international, "la promotion du cinéma belge se fait naturellement. Si les Magritte aident, tant mieux, mais les films belges se vendent d'eux-mêmes", souligne l'organisateur.

L'événement, qui récompense des oeuvres belges francophones, n'est toutefois pas voué à devenir "national". "Cela n'a pas de sens de faire ça ensemble, ça ne marchera pas car l'objectif n'est pas le même. Nous voulons attirer le public francophone dans les salles", fait remarquer Patrick Quinet.

Voici la liste des nominés:

MEILLEUR FILM

- "38 témoins"

- "A perdre la raison"

- "Dead man talking"

- "Mobile home"

MEILLEURE REALISATION

- Lucas Belvaux pour "38 témoins"

- Joachim Lafosse pour "A perdre la raison"

- Patrick Ridremont pour "Dead man talking"

- François Pirot pour "Mobile home"

MEILLEUR FILM FLAMAND EN COPRODUCTION

- "A tout jamais - Tot altijd"

- "Le cochon de Madonna - Het varken van Madonna"

- "Little black spiders"

MEILLEUR FILM ETRANGER EN COPRODUCTION

- "De rouille et d'os"

- "L'exercice de l'Etat"

- "La part des anges - The angels' share"

- "Le cochon de Gaza"

MEILLEUR SCENARIO ORIGINAL OU ADAPTATION

- Lucas Belvaux pour "38 témoins"

- Joachim Lafosse et Matthieu Reynaert pour "A perdre la raison"

- Patrick Ridremont et Jean-Sébastien Lopez pour "Dead man talking"

- François Pirot, Maarten Loix et Jean-Benoît Ugeux pour "Mobile home"

MEILLEURE ACTRICE

- Emilie Dequenne dans "A perdre la raison"

- Christelle Cornil dans "Au cul du loup"

- Déborah François dans "Les tribulations d'une caissière"

- Marie Gillain dans "Toutes nos envies"

MEILLEUR ACTEUR

- Jérémie Renier dans "Cloclo"

- Matthias Schoenaerts dans "De rouille et d'os"

- Olivier Gourmet dans "L'exercice de l'Etat"

- Benoît Poelvoorde dans "Le grand soir"

MEILLEURE ACTRICE DANS UN SECOND ROLE

- Natacha Régnier dans "38 témoins"

- Stéphane Bissot dans "A perdre la raison"

- Yolande Moreau dans "Camille redouble"

- Catherine Salée dans "Mobile home"

MEILLEUR ACTEUR DANS UN SECOND ROLE

- Bouli Lanners dans "De rouille et d'os"

- Jean-Luc Couchard dans "Dead man talking"

- Denis M'Punga dans "Dead man talking"

- Dieudonné Kabongo dans "L'envahisseur"

MEILLEUR ESPOIR FEMININ

- Pauline Burlet dans "Dead man talking"

- Aurora Marion dans "La folie Almayer"

- Mona Jabé dans "Miss Mouche"

- Anne-Pascale Clairembourg dans "Mobile home"

MEILLEUR ESPOIR MASCULIN

- David Murgia dans "La tête la première"

- Martin Swabey dans "Little glory"

- Gael Maleux dans "Mobile home"

- Cédric Constantin dans "Torpédo"

MEILLEURE IMAGE

- Danny Elsen pour "Dead man talking"

- Hichame Alaouie pour "L'hiver dernier"

- Remon Fromont pour "La folie Almayer"

MEILLEUR SON

- Henri Morelle, Luc Thomas et Aline Gavroy pour "38 témoins"

- Ingrid Simon et Thomas Gauder pour "A perdre la raison"

- Julie Brenta et Olivier Hespel pour "L'exercice de l'Etat"

MEILLEURS DECORS

- Alina Santos pour "Dead man talking"

- Françoise Joset pour "L'envahisseur"

- Patrick Dechesne et Alain-Pascal Housiaux pour "La folie Almayer"

MEILLEURS COSTUMES

- Pascaline Chavanne pour "L'exercice de l'Etat"

- Catherine Marchand pour "La folie Almayer"

- Florence Laforge pour "Le grand soir"

MEILLEUR MUSIQUE ORIGINALE

- Arne Van Dongen pour "38 témoins"

- DAAU/ Die Anarchistische Abendunterhaltung pour "L'hiver dernier"

- François Petit, Michaël de Zanet, Coyote et Renaud Mayeur pour "Mobile home"

MEILLEUR MONTAGE

- Ludo Troch pour "38 témoins"

- Sophie Vercruysse pour "A perdre la raison"

- Ewin Ryckaert pour "Couleur de peau : miel"

- Damien Keyeux pour "Le cochon de Gaza"

MEILLEUR COURT METRAGE

- "A new old story"

- "Fable domestique"

- "Le cri du homard"

- "U.H.T."

MEILLEUR DOCUMENTAIRE

- "Bons baisers de la colonie"

- "Cinéma Inch'Allah !"

- "L'affaire Chebeya, un crime d'Etat ?"

- "Le thé ou l'électricité"


Belga


Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK