Les Etats-Unis vont abandonner le contrôle d'internet

La principale mission de l’ICANN réside dans l’administration des ressources numériques d’internet.
La principale mission de l’ICANN réside dans l’administration des ressources numériques d’internet. - © MARTIN BUREAU - AFP

Depuis 20 ans, la Société pour l’attribution des noms de domaine et des numéros sur internet (ICANN) est sous la tutelle du ministère du Commerce de Washington.

Même si les autorités américaines n’interfèrent pas quotidiennement dans les tâches de l’autorité de régulation d’internet, le ministère doit cependant donner son autorisation en ce qui concerne les décisions techniques ou administratives majeures. Une fonction de tutelle qui prendra fin à partir du 1er octobre prochain.

Une organisation multipartite

La principale mission de l’ICANN réside dans l’administration des ressources numériques d’internet. La société s’occupe notamment d’adresser les IP, d’affecter les noms de domaine de premier niveau mais gère également la vente des noms de domaines à différentes entreprises.

L’ICANN se compose de plusieurs groupes distincts qui représentent chacun un intérêt particulier sur internet et qui interviennent tous lors des décisions finales prises par la société. Des comités consultatifs, représentant notamment les gouvernements, fournissent également des conseils et des recommandations.

Internet restera libre et ouvert à tous

En 2014, les Etats-Unis annonçaient déjà l’indépendance du régulateur mondial d’internet dans un futur proche, estimant celui-ci suffisamment "mature". Les conditions pour un transfert de gouvernance sont aujourd’hui réunies et les autorités américaines ont annoncé, via l’Administration Nationale des Télécommunication et de l’Information (NTIA), leur intention d’abandonner le contrôle de l’ICANN, en ne renouvelant pas leur contrat de gestion avec l'entreprise californienne.

Il y a deux ans, la communauté internet mondiale s'était, pour rappel, concertée afin d’établir un plan de transition qui corresponde aux conditions exigées par les autorités américaines. Ces dernières souhaitaient, entre autres, que l’organisation à but non lucratif ne soit supervisée ni par un organisme international, ni par un groupe d’Etats. Le ministère du Commerce a également exigé qu’internet reste libre, ouvert, et accessible à chacun.

Un transfert qui n’affectera donc pas les quelques 3,5 billions d’internautes.  

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK