Les cyberdouaniers traquent les sites illégaux de jeux en ligne

RTBF
RTBF - © RTBF

Après la traque des contrefaçons et des trafics de drogue et de tabac sur internet, les douaniers pistent désormais les sites illégaux de jeux en ligne qui prolifèrent sur la toile.

Le ministre français du Budget François Baroin s'est rendu lundi dans les locaux de Cyberdouane, créé en février 2009 et installé à la très discrète Direction nationale du renseignement et des enquêtes douanières (DNRED, 700 personnes), plus petit des services de renseignement français et bras armé des douanes.

"Je compte énormément sur les cyberdouaniers pour protéger les mineurs des des sites illégaux de jeux en ligne et les joueurs de l'addiction à la veille de la Coupe du monde de football", qui va marquer l'ouverture jeux en ligne (paris sportifs, paris hippiques, poker), a dit M. Baroin.

Les cyberdouaniers (huit analystes et sept enquêteurs) sont désormais autorisés par la loi à se faire passer pour des joueurs pour infiltrer les sites illégaux.

Un cyberdouanier a montré au ministre du Budget un organigramme, fruit d'un mois de travail, qui détaille les liens et les filières, en France, en Europe et jusqu'aux Bahamas, des différents intervenants (détenteurs de noms de domaine, hébergeurs, organismes bancaires, bénéficiaires des flux financiers) d'un site illégal.

Plusieurs dossiers constitués sur des sites illégaux vont d'ailleurs être prochainement remis aux autorités judiciaires. "Nous pourrons transmettre très rapidement à la justice des dossiers sur les sites ou la publicité illégaux", a affirmé M. Baroin.

Les cyberdouaniers ont mis au point un outil de veille automatique sur internet qui génère, à l'apparition de certains mots-clés sur les jeux en ligne, des alertes qui leur permettent de lancer leurs recherches.

La veille vise tout à la fois les sites publicitaires, les partenaires des sites en ligne et les réseaux sociaux, a expliqué un responsable de Cyberdouane à M. Baroin.

"La Coupe du monde de football (11 juin - 11 juillet, ndlr) va être un moment important pour l'installation des paris en ligne légaux mais il faudra aussi remonter les réseaux et les filières des sites illégaux", a conclu M. Baroin.


AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK