"Leaving Neverland", le documentaire choc sur Michael Jackson: un an après

Il y a un an, fin janvier 2019, était projeté pour la première fois aux Etats-Unis "Leaving Neverland", le documentaire choc sur le Roi de la Pop, Michael Jackson. Quatre heures et deux accusateurs, Wade Robson et James Safechuck: lorsqu’ils étaient enfants, à la fin des années 80 et au début des années 90, la star, décédée en 2009, aurait abusé d’eux sexuellement à plusieurs reprises.

Deux confessions brutales, glaçantes en pleine vague #Metoo qui abordent dans les moindres détails la manière dont Michael Jackson les aurait approchés, couvert d’attention, de cadeaux, de privilèges avant d’en faire ses "jouets sexuels". Wade Robson a rencontré Michael Jackson en Australie après avoir remporté un concours de sosie du chanteur. James Safechuck a tourné une publicité avec Michael Jackson.

Deux paroles rares mises en boîte par le réalisateur britannique Dan Reed, qui ont toutefois été mises à mal par les fans du chanteur, ses proches mais aussi plusieurs journalistes. Un an après, que reste-t-il de "Leaving Neverland"? L’héritage musical de Michael Jackson a-t-il été sérieusement atteint? Quelles incohérences ont été soulevées dans le documentaire? Que sont devenus Wade Robson et Jimmy Safechuck? Quelles célébrités ont marqué leur soutien à ces deux derniers? Quelles célébrités ont au contraire continué à soutenir l’interprète de "Thriller"? Où en sont les différentes procédures judiciaires intentées contre Michael Jackson. Les réponses à toutes ces questions…

1. L’héritage de Michael Jackson a-t-il été atteint ? Qui boycotte ses chansons ?

Le documentaire a fait l’effet d’une bombe. Après sa première diffusion lors du festival Sundance aux Etats-Unis, il a été acheté par plusieurs chaînes de télévision dans le monde entier qui l’ont mis au programme en mars. Les actions de boycott ont suivi dans la foulée. Au Canada et en Nouvelle-Zélande, des radios retirent les chansons de Michael Jackson de leurs playlists. Auprès des radios belges, la prudence est de rigueur. Mais une mise en contexte sera formulée si besoin.

Un épisode de la troisième saison des Simpsons, dans lequel Michael Jackson prête sa voix, est retiré des plateformes vidéos. Autre action de boycott, celle de Katelyn Ohashi, la gymnaste américaine qui avait fait le buzz avec un programme reprenant des titres du King of Pop. Elle décide de ne plus présenter cette prestation, suite à "Leaving Neverland". La marque Louis Vuitton efface les références à Jackson dans une collection.

Un boycott de plus: la décision de MTV de ne plus nommer le prix, remis aux artistes avant-gardistes en matière de clip vidéo, du nom de Michael Jackson. Reste que lors de la dernière cérémonie en août dernier, Missy Elliott qui reçoit la distinction n’hésite pas à rappeler en direct son bonheur de recevoir le "Michael Jackson video Vanguard award". Enfin, en Belgique, le Manneken Pis se voit priver d’un nouveau costume, celui de Michael Jackson dans le cadre des 10 ans de sa mort.

Mais étonnamment, l’écoute, le visionnage et les ventes des titres de Michael Jackson croient après la diffusion du documentaire: +10% pour les ventes, +6% pour le streaming… Plusieurs albums refont leur apparition dans le classement des meilleures ventes en Grande-Bretagne par exemple. Plusieurs mois après l’onde de choc, lors de la période d’Halloween, la chanson "Thriller", un must dans le registre de l’épouvante, est en tête du Billboard américain spécial Halloween. Le titre a été le plus joué lors des parades organisées un peu partout aux USA, selon le magazine People.

La semaine dernière, la société BMI a annoncé avoir prolongé son contrat avec les ayants-droits de Michael Jackson dans le cadre de l'exploitation des chansons de l'artiste. Ce contrat remonte à 1979 et a été prolongé une première fois en 2014, explique le magazine musical Billboard. "L'influence de Michael Jackson sur la musique est indéniable",  a expliqué Mike O'Neill, le CEO de BMI.

2. Quelles célébrités ont soutenu ou non Michael Jackson ?

Madonna, qui émet l’hypothèse d’une tentative d’extorsion de fonds, n’hésite pas à déclarer dans le magazine Vogue : "Je n’ai pas une mentalité de lyncheuse. Pour moi, les gens sont innocents tant qu’ils ne sont pas reconnus coupables." En 2005, au terme d’un procès hypermédiatisé, Michael Jackson sera reconnu non-coupable des charges d’agressions sexuelles sur mineur.

Les acteurs Corey Feldman et Macaulay Culkin ("Maman, j’ai raté l’avion"), proches de Michael Jackson ont exprimé leur soutien à la star en précisant qu’il n’avait jamais eu le moindre comportement inapproprié à leur égard. Le chanteur Chris Brown, grand fan de Michael Jackson, ne manque pas une occasion de lui rendre hommage sur scène.

La diva Diana Ross, qui a présenté le premier album des Jackson Five, a résumé sa pensée dans un tweet : "Je crois profondément que Michael Jackson représentait, et représente toujours, une force magnifique et incroyable, à mes yeux et aux yeux de beaucoup d’autres."

Stevie Wonder qui a enregistré plusieurs titres avec Michael Jackson affiche un soutien sans ambages: "Il est mort et enterré. J’espère que son héritage et l’inspiration qu’il a apportée à un grand nombre d’enfants et de personnes continueront à vivre."

Quincy Jones, producteur de trois albums de Michael Jackson ("Off the wall", "Thriller", "Bad") supprime de ses affiches le nom du chanteur. Mais au moment des 10 ans de la mort de l’artiste, il invite sur scène le danseur parisien Salif Gueye, dont les chorégraphies de Michael Jackson font le tour des réseaux sociaux depuis plusieurs semaines.

La célèbre présentatrice Oprah Winfrey qui avait récolté en primeur les confessions de Wade Robson et James Safechuck maintient quant à elle son opinion: "Leaving Neverland est bien plus important que Michael Jackson lui-même."

Dimanche, le rappeur américain P. Diddy rendait hommage à Michael Jackson lors de la pré-cérémonie des Grammy awards. 

A l'occasion du décès tragique du basketteur Kobe Bryant, plusieurs internautes ont exhumé des interviews dans lesquelles le sportif évoquait son amitié avec Michael Jackson et que ce dernier était sa source d'inspiration. Kobe Bryant avait d'ailleurs pris la parole lors des funérailles de la star, en juin 2009.

Dans le registre des soutiens plus anonymes, Tamas, un Hongrois greffé du foie dans les années 90 à Bruxelles grâce à l'aide financière de Michael Jackson. Interviewé par le RTBF en juin 2019, Tamas déclare ne pas croire aux accusations d'agressions sexuelles. 

3. La riposte et la violence des fans

Pour les fans de Michael Jackson, c’est simple: leur idole n’a pas pu agresser sexuellement Wade Robson et Jimmy Safechuck. Les arguments avancés sont multiples, beaucoup reposent sur des éléments factuels avérés (lire plus bas) mais d’autres relèvent de l’affabulation. Pour la communauté pro-Jackson, les deux accusateurs sont des menteurs. Et les dérives vont aller de l’insulte aux menaces de morts adressées aux accusateurs et aux réalisateurs. Aux Etats-Unis et en Europe, la riposte est lancée avec l’ouverture de plusieurs comptes Twitter ("Leaving Neverland Facts", "MJ Innocent"…) visant à prendre la défense de la star. Idem sur Youtube, Facebook et Instagram. En Belgique, le fan-club belge a ouvert le compte MJ Factuel afin de contextualiser les accusations et livrer des éléments à décharge. 

A Londres, des fans iront jusqu’à acheter des espaces publicitaires "MJ Innoncent" sur les bus à impériale de la ville. Ce qui fait polémique. L'opération est annulée à la demande des autorités locales.

Pour les fans, "Leaving Neverland" est un documentaire à charge, ne reprenant que les accusations de Wade Robson, Jimmy Safechuck et leur famille et visant une personnalité décédée depuis dix ans et qui ne peut plus se défendre. Aucune empathie pour ceux qui se présentent comme des victimes dont les témoignages sont balayés d’un revers de la main.

En France, des fan-clubs portent plainte pour atteinte à l’image d’une personne décédée. Le dossier judiciaire suit son cours.

4. Le debunking du documentaire

Le débunking (démystification) de "Leaving Neverland" démarre rapidement après la diffusion sur HBO aux Etats-Unis. Premier élément troublant, le témoignage de Brandi Jackson, nièce de Michael Jackson. Le documentaire évoque la manière dont Michael Jackson a détourné ses deux victimes présumées des femmes. Faux selon Brandi Jackson qui raconte sa longue relation amoureuse avec Wade Robson durant la période supposée des abus sexuels. Elle ajoute que Wade Robson, chorégraphe pour Britney Spears et N’Sync est un "menteur" et un "manipulateur", prêt à tout pour réussir dans le monde du spectacle. L'existence de Brandi Jackson n'est jamais mentionnée dans le documentaire.

Wade Robson est le principal acteur discréditant sérieusement, selon les debunkers, le documentaire. En 2005, c’est son témoignage sous serment lors du procès contre Michael Jackson qui parvient à forger l’opinion du jury sur l’innocence de l’artiste. Dès lors, pourquoi changer de versions plusieurs années après? Après la diffusion de Leaving Neverland, une longue déposition de Wade Robson ainsi que celle de sa mère, Joy, datant de 2016 surgissent sur le Net. Ils y accusent Michael Jackson de multiples agressions sexuelles. Mais entre ces dépositions devant la justice et leurs témoignages dans le documentaire, plusieurs affirmations divergent fortement, notamment quant aux dates et aux circonstances des agressions.

A la fin du documentaire, Wade Robson brûle des objets que le spectateur suppose ayant appartenu à Michael Jackson et reçus en cadeaux. Mais rapidement, une maison de ventes aux enchères révèle que les véritables objets n’ont pas été brûlés mais vendus par Wade Robson lui-même.

Taj Jackson, neveu de Michael et membre du groupe 3T, prend la tête des membres de la famille venu contrer les accusations. Dans une interview exclusive à la RTBF, il présente une autre contradiction du documentaire: James Safechuck aurait été agressé sexuellement par son oncle à Paris, alors que tous les deux se rendaient à Disneyland Paris. Mais au moment des faits, Disneyland Paris n’avait pas encore ouvert ses portes.

Taj Jackson rappelle également un fait troublant: Wade Robson, qui ne manquait jamais une occasion de rendre hommage à son mentor Michael Jackson dans la presse a émis les premières accusations d'agressions sexuelles en 2013, après que la troupe du Cirque du Soleil ne l'ait pas choisi en tant que chorégraphe pour le spectacle-hommage à la star. 

En 2012, Wade Robson écrit un livre sur sa relation avec la star et les abus présumés, qu'il tente de publier. Mais aucune maison d'édition ne veut l'éditer.

Incohérences de dates, encore, avec l’affaire de la gare du domaine de Neverland, où habitait la star. Cet élément a été longuement abordé par la presse anglo-saxonne, moins chez nous. James Safechuck affirme avoir été violé entre 1988 et 1992 et à plusieurs reprises dans cette gare. Sauf que la gare n’a été érigée qu’après 1992, comme le montre le permis d’urbanisme délivré par les autorités locales ainsi qu’une photo aérienne de l’agence Getty Images. La découverte, faite par le journaliste et biographe américain Mike Smallcombe, ébranle sérieusement l’accusation. Mais pas le réalisateur du film, Dan Reed, qui explique que James Safechuck a peut-être abusé au-delà de 1992.

Dans le documentaire, James Safechuck présente les bagues que Michael Jackson lui offrait régulièrement en échange de relations sexuelles. Cette partie du témoignage a en fait été rajoutée au témoignage initial. Le même plan a été conservé, dans la même pièce, avec les mêmes habits mais à l’arrière-plan, un détail ne trompe pas: le feuillage tantôt fourni, tantôt beaucoup moins. Le réalisateur Dan Reed reconnaît avoir dû tourner un complément plusieurs mois après, dans le même appartement Airbnb loué pour l’occasion. 

Wade Robson a été leader du groupe de rap QUO produit par Michael Jackson au milieu des années 90. Cet épisode n’est jamais abordé dans le documentaire.

Enfin, Brett Barnes, dont le nom est cité dans le documentaire, menace de poursuivre en justice le réalisateur et le producteur du film HBO. Pour cause: cet ancien ami de Michael Jackson lorsqu’il était enfant y est présenté comme une victime potentielle. Brett Barnes s’offusque. Depuis, le passage incriminé a été expurgé.

Parmi les journalistes qui ont exprimé leur scepticisme, on peut citer le Britannique Piers Morgan d’ITV ou encore John Ziegler, le premier à avoir interviewé Brandi Jackson.

D’autres témoignages de proches de Michael Jackson sont également diffusés dans les médias, comme celui de son ancienne manageuse qui parle d’un documentaire comme d’une erreur morale, éthique et même juridique. Ils viennent renforcer la défense. Comme celui d’un ancien chef de la sécurité de la star. Celui-ci parle d’un documentaire d’une "absurdité totale". "Nous connaissions le gars, nous le connaissions si bien, il a passé du temps avec mes enfants, ce n’est pas l’homme décrit par James et Wade", a déclaré Matt Fides à Metro. "Toute cette affaire de pédophilie est une absurdité totale. […] Il avait des fiancées et a été marié avec Lisa Marie Presley. C’est de cette manière qu’il a vécu. C’est moi et mes collègues qui étions chargés de lui ramener discrètement des femmes dans sa chambre."

Le FBI diffuse sur Internet, dans la cadre de la loi sur la publicité des actes judiciaires, son enquête sur Michael Jackson, ses comportements, sa proximité avec les enfants. L'enquête de plus de 300 pages conclut que le star n'a jamais eu le moindre comportement suspect. 

5. Les contre-documentaires

On l’a dit: Taj Jackson est le principal porte-parole de la famille Jackson. Il a lancé une opération de crowdfunding afin de réaliser un contre-documentaire. Mais l’appel aux dons n’est pas au rendez-vous.

Un jeune journaliste Danny Wu va lui réaliser "Square one", dans lequel il n’évoque pas "Leaving Neverland" mais la première affaire de pédophilie visant Michael Jackson, celle remontant à 1993. A l’époque, un enfant, Jordan Chandler, accuse la star d’agressions sexuelles. La plainte au civil est retirée après un arrangement financier de plusieurs millions de dollars. Dans "Square One", Danny Wu présente l’hypothèse d’une escroquerie organisée par le père de Jordan Chandler. Un documentaire reprenant des conversations téléphoniques accablantes déjà diffusées à l’époque par les médias américains.

Un journaliste-bloggeur néo-zélandais, ouvertement fan de Michael Jackson, réalise une contre-enquête "Neverland Firsthand". Une compilation de témoignages pro-Jackson qui, comme "Leaving Neverland" n'apporte pas de preuves formelles de l'innocence de l'interprète de "Bad". 

5. Un documentaire primé aux Emmy Awards

Leaving Neverland est puissant et ne laisse personne indifférent. La force des témoignages, la réalisation, l’ambiance pesante: impossible ne pas être marqué, surtout les générations qui ont grandi avec la musique de Michael Jackson. Leaving Neverland a été récompensé à plusieurs reprises: un prestigieux Emmy award, les prix de référence de la télévision américaine, mais également un IDA Documentary award, un Producers Guild of America award et un Television Critics Association award.

Le travail a été salué par la critique. Au moment de sa diffusion, le prestigieux magazine musical Rolling Stone parle d'un documentaire "qui secoue". Vanity fair évoque des témoins "convaincants". Le Washington Post qualifie Leaving Neverland d'oeuvre "dévastatrice" pour Michael Jackson

3 images
Dan Reed aux Creative Arts Emmy Awards. © Amy Sussman - AFP
Dan Reed récompensé aux IDA Documentary Awards © Jesse Grant - AFP

6. Que sont devenus les deux accusateurs ?

Dans leurs premières interviews, à la sortie de Leaving Neverland, les deux accusateurs ont expliqué être passés par une phase de dépression et ensuite de travail psychologique. Wade Robson, 37 ans, est marié et père d’un enfant. Il est toujours chorégraphe et organise des cours privés.

James Safechuck, 41 ans, est marié et père de deux enfants. Il travaille dans le domaine de la réalisation cinématographique.

Pour échapper aux menaces de mort de fans de Michael Jackson, ils ont choisi de quitter Twitter mais sont encore présents sur Instagram.

Wade Robson dispose d'un blog dans lequel il parle longuement de sa dépression, liée selon lui à son incapacité à mettre des mots sur les abus sexuels qu'il aurait subis de la part de Michael Jackson. 

Voir cette publication sur Instagram

My brother in trauma and triumph.

Une publication partagée par Wade Robson Creations (@waderobsoncreations) le

Voir cette publication sur Instagram

Thankful.

Une publication partagée par James Safechuck (@james.safechuck) le

7. Les suites judiciaires

Dans ses différentes plaintes contre les ayants droits de Michael Jackson, déposée initialement en 2013, Wade Robson réclame 1,5 milliard de dollars de dédommagements. La justice américaine estime que la procédure n’a pas été introduite dans les temps. Wade Robson a fait appel. James Safechuck raconte avoir décidé de porter plainte à son tour après avoir vu Wade Robson à la télévision exposant son histoire et les abus sexuels subis. Mais en 2016, la plainte de Safechuck n’est pas prise en compte par la justice américaine.

Début 2020, deux dossiers sont remis à l'ordre du jour par une cour d'appel californienne, suite à l'entrée en vigueur d'une nouvelle disposition légale: la possibilité d'introduire une plainte pour abus sexuels jusqu'à l'âge de 40 ans. Les plaintes accusent les anciennes sociétés de Michael Jackson d'avoir couvert et favorisé les agressions sexuelles. Pour l'avocat de Michael Jackson, Howard Weitzman, "la Cour d'appel n'a pas relancé la procédure judiciaire. Les deux procédures judiciaires ont été rejetées en 2016, une bonne fois pour toutes. 

Pour rappel, alors qu'ils étaient encore adolescents, les deux hommes ont, en 1993, témoigné en faveur de Michael Jackson lors de la première affaire de pédophilie. En 2005, Wade Robson a également témoigné en faveur de la défense lors du procès.

D'un côté la plainte de Wade Robson. De l'autre la plainte de la société gérant l'héritage de Michael Jackson, Jackson Estate, contre HBO, producteur du documentaire. Selon l'Estate, HBO brise une clause conclue en 1992 selon laquelle la chaîne acceptait de ne jamais dénigrer l'artiste en échange de la diffusion en prime time d'un concert de Michael Jackson à Bucarest. Pour le Jackson Estate, HBO a fait de l'argent sur des mensonges. La procédure judiciaire entre les deux parties, extrêmement compliquée, est toujours en cours. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK