Le "World Wide Web" a 30 ans: c'était comment, les débuts d'internet en Belgique? (archives)

« Internet, un réseau international de banques de données dont les informations sont disponibles pour tout un chacun en quelques secondes. » En 1995, le journal télévisé de la RTBF tentait d’expliquer le principe de ce qu’on appelait alors « la toile » ou « les autoroutes de l’information ». A l’époque, le concept du World Wide Web n’était pas neuf. C’est en 1989 que l’informaticien britannique Tim Berners-Lee présente le principe du « World Wide Web », un système permettant le partage et l’échange d’informations en toute liberté dans le monde entier.

"Le web" a ensuite bien évolué pour prendre une place centrale dans nos vies. Mais le réseau est au début porté par des passionnés, des pionniers dont certains ont bâti des fortunes. C’est le cas des géants réunis sous le terme GAFA (pour "Google, Amazon, Facebook et Amazon). Nous avons fouillé dans les archives de la RTBF… avec cette question : c’était comment internet au début ?

9 avril 1995 : La Belgique débarque sur internet

Le nom de domaine est encore le même aujourd’hui : belgium.be est le portail de la Belgique sur internet. Lancé en avril 1995 par le service fédéral d’information, ce site permettait à l’époque de s’informer sur la Belgique, ses institutions politiques, son premier ministre, son roi… Le tout en consultant le compte rendu du conseil des ministres au son de la Brabançonne.

22 août 1995 : ouverture du premier Cybercafé

En 1995, le réseau internet est lent… et cher pour les particuliers. On consomme donc internet « à la minute » dans des cybercafés. Dans l’établissement « L’amour fou », les « cybernautes » surfent sur le web grâce à « cinq micro-ordinateurs branchés sur le fameux réseau des réseaux, internet ». « Je suis stupéfaite de tout ce qu’on peut apprendre, tout ce qu’on peut découvrir », lance l’une des personnes interrogées.

6 janvier 2000 : le commerce en ligne à ses débuts

Acheter un livre, une paire de chaussures ou un smartphone sur internet, c’est devenu une habitude. Dans ce secteur, certains se sont cassé la figure, d’autres sont devenus richissimes. C’est le cas de Jeff Bezos, à la tête d’Amazon, désignée entreprise privée la plus chère du monde début 2019.

D’autres ont tenté leur chance : par exemple la marque française Kickers qui proposait début 2000 de créer sa paire de chaussure personnalisée. Choix des coloris, de la taille… le tout était ensuite confectionné en usine avant d’être expédié par la poste.

17 mai 2000 : les "fakes news (qu’on n’appelait pas encore "fake news")

« Ne mangez pas de bananes pendant les 3 prochaines semaines », prévient un mail qui tourne en ce mois de mai 2000. Dès le début de son histoire, les internautes ont été confrontés aux « fake news » (qu’on qualifiait alors plutôt de « hoax »). Dans ce cas-ci, il s’agit de bananes qui seraient contaminées par une bactérie qui provoque une maladie grave. Résultat : « Le virus de la rumeur contamine tout l’internet. »


►►► À lire aussi : Six conseils simples pour démasquer les fausses infos sur internet

►►► À lire aussi : Arrêtez de partager ces photos, elles sont sorties de leur contexte… ou manipulées


 

3 octobre 2001 : « Les Niouzz » parlent des moteurs de recherche

« Internet, tu connais… peut-être. » Nous sommes au début du 21e siècle et les connexions internet sont plutôt lentes. C’est l’époque du modem qui fait un bruit étrange, de Caramail et de Windows 98. Tout n’est pas encore bien rangé sur la toile et trouver son bonheur relève parfois du hasard, de la chance ou de la sérendipité (un terme que le Larousse définit comme « l’art de faire une découverte […] par hasard »).

Les premiers moteurs de recherche et autres annuaires font alors leur apparition. Ils s’appellent Yahoo, Altavista, Lycos ou encore… Google.

2 mai 2006 : « C’est quoi Wikipédia ? »

« Internet, ce n’était pas très connu, en particulier par les profs du bahut. Pour les exposés, on pouvait copier-coller, sans se faire gauler », chantait en 2015 le Youtubeur Norman dans sa vidéo « internet de l’époque ». Il a fallu quelques années aux enseignants pour apprendre à contrôler la qualité du travail de leurs élèves. Et Wikipédia a longtemps figuré parmi les premières sources dans lesquelles les adeptes du copié-collé allaient piocher ni vu ni connu.

En janvier 2001, Jimmy Wales et Larry Sanger lancent Wikipédia, « l’encyclopédie libre et gratuite ». Tout le monde peut contribuer au savoir. De quoi poser quelques questions : quid de la fiabilité ? De la citation des sources ? Du plagiat ? Aujourd’hui, Wikipédia peut compter sur une armée de passionnés et de robots qui contrôlent les modifications.


►►► À lire aussi : Bataille de modifications sur la page Wikipédia de l’épouse de Laeticia Hallyday


 

28 juillet 2007 : Kazaa est mort, vive Megaupload

Napster, Kazaa, Emule, Limewire… tous ces logiciels de « peer to peer » permettaient il y a 20 ans de télécharger de la musique et des films illégalement. En juillet 2007, l’industrie du divertissement espère freiner le piratage.

« Fini de télécharger en fraude de la musique, des films ou encore des programmes via ce logiciel », prévient-on dans le JT de la RTBF. Un spécialiste interrogé dans le sujet n’y croit pas. « Chaque fois qu’il y a un système qui a une certaine notoriété qui s’arrête, l’industrie du disque crie à la victoire. Mais ce sont des victoires éphémères mais sans vraiment de conséquence sur la façon dont ça se déroule », observe-t-il. En effet, après Kazaa, il y aura Megaupload (supprimé en 2012), mais aussi zone-telechargement (fermé en 2016)… eux-même remplacés par d’autres moyens.

30 novembre 2007 : le « phénomène » Facebook

« Facebook, c’est le nouveau phénomène sur la toile », entend-on dans cette séquence d'« Au quotidien » diffusée en novembre 2007, trois ans après la naissance de Facebook. D’abord réseau limité à l’université d’Harvard, l’entreprise s’étend pour toucher le monde entier. De 3% des Belges inscrits en 2008, on en est à plus de 65% aujourd’hui. Entre scandales de fuites de données, rachats en série et concurrence plus forte que jamais dans ce secteur, Facebook fascine et inquiète.

Il y a 12 ans, on s’interrogeait déjà sur le pouvoir du réseau social : « De la publicité très pointue arrive. il faut faire un petit peu attention, il y a des gens qui s’en inquiètent et qui demandent à Facebook de faire attention à leurs données personnelles par rapport à la publicité », rapporte alors Damien Van Achter, le spécialiste médias de l’émission.


►►► À lire aussi : Pourquoi Facebook se transforme complètement ?


 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK