Le Wi-Fi est menacé par une technique utilisant la lumière: le Li-Fi

Démonstration de la technologie "Li-Fi"
Démonstration de la technologie "Li-Fi" - © Capture d'écran YouTube

Des chercheurs français ont mis au point une technique permettant de recevoir de la musique ou des vidéos sur une tablette, un smartphone ou un téléviseur, sans connexion internet, Wi-Fi ou carte 3G, mais simplement à travers la lumière d'une lampe. Cette technologie est appelée Li-Fi (pour Light Fidelity).

Cette technologie a été présentée au salon LeWeb 2012 à Paris. Une télévision diffuse des images sans le son. En-dessous, une petite ampoule rouge éclaire une zone délimitée. Placée sous la lampe, une enceinte dotée d'un capteur se met à diffuser la bande-annonce du programme comme par magie. Si on la retire, le son s'arrête. Une autre lampe diffuse un film en éclairant un écran. En plaçant la main entre la lumière et le capteur, l'image se coupe.

100 millions de fois par seconde

"On fait du morse à très haute fréquence. Quand c'est allumé c'est un 1, éteint un 0. Et comme le numérique c'est des 0 et des 1, on peut transmettre du son, de l'image et internet", explique Suat Topsu, chercheur à l'université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines et fondateur de la start-up Oledcom.

"Ca s'allume et ça s'éteint un million de fois par seconde pour le son, dix millions pour l'image et 100 millions pour internet. L'œil est incapable de le voir, le capteur, qui le transforme en données numériques, oui", poursuit celui qui travaille sur cette innovation depuis quatre ans.

La technologie "Li-Fi", basée sur la modulation d'intensité lumineuse, fonctionne uniquement avec les ampoules à diodes électroluminescentes (LED). Beaucoup moins voraces en énergie que les ampoules à incandescence classiques, les ampoules LED se généralisent. Depuis septembre, les lampes à incandescence classiques sont notamment interdites dans l'Union européenne.

Pas d'ondes électromagnétiques

Selon Suat Topsu, les chemins de fer français sont déjà en phase de test avancée pour que chaque "unité d'éclairage" envoie aux voyageurs des coordonnées de localisation GPS et du son à l'intérieur des gares, où les ondes des satellites n'arrivent pas. De son côté, un musée parisien se penche actuellement sur la possibilité d'associer l'éclairage des tableaux à des informations envoyées au public sur des tablettes et des smartphones dont l'objectif de la caméra servirait de capteur.

En 2013, Oledcom entend commercialiser une lampe diffusant de la musique avant de viser, en 2014, la transmission d'internet via le réseau d'éclairage.

"Le potentiel de transport de données est sans précédent par rapport au Wi-Fi", s'enthousiasme le chercheur qui évoque des bandes passantes "saturées" et donc "plus chères". L’avantage est aussi l'absence d'ondes électromagnétiques, comme dans le cas du Wi-Fi, dont certains dénoncent la nocivité. Cet équipement est susceptible, donc, d'intéresser les compagnies aériennes et les hôpitaux.

Développé en France par Oledcom, le "Li-Fi" est également l'objet de recherches dans des laboratoires au Japon et aux Etats-Unis, notamment.

A.L. avec AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK