Le Vlaams Belang revient dans le conseil d'administration de la VRT

Vlaams Belang revient dans le conseil d'administration de la VRT
Vlaams Belang revient dans le conseil d'administration de la VRT - © ERIC LALMAND - BELGA

À la suite des élections, le Vlaams Belang a de nouveau droit à une représentation dans certaines institutions flamandes, après cinq ans d'absence. En ce qui concerne la VRT par exemple, la présence du parti d’extrême droite flamand est assurée au conseil d’administration. En effet, la composition du CA de la chaîne publique flamande dépend de la répartition des sièges au Parlement flamand. Le Vlaams Belang aura dès lors deux administrateurs à la VRT dès 2020.

Si l’on additionne les sièges de la N-VA et du Vlaams Belang, les deux partis nationalistes, séparatistes, comptabilisent 6 sièges sur les 13 disponibles. Or ces deux partis sont particulièrement critiques vis-à-vis de la VRT, qu’ils décrivent souvent comme étant trop à gauche, trop progressiste. Dans son édition de ce lundi, l’on pouvait lire dans le quotidien flamand Het Belang Van Limburg traduit par DaarDaar que ce scénario ressemblait au pire cauchemar de la VRT. Et d’après le quotidien, à la N-VA comme au Vlaams Belang, on se frotte les mains en coulisse, à l’idée de l’influence qu’ils pourront avoir sur la chaîne publique flamande.

A ce stade, la VRT ne souhaite pas réagir

Pour le moment, la VRT ne souhaite faire aucun commentaire sur la composition de son futur conseil d'administration. Dans les couloirs, le bruit court que l'inquiétude n'est pas trop forte car il existe des cloisons étanches entre le conseil d'administration et les rédactions de la chaîne publique flamande.

Selon Pol Deltour, secrétaire national de la VVJ, le pendant flamand de l'AJP (l'Association des journalistes professionnels), il faudra tout de même rester vigilant: "Ce qui nous inquiète, c'est que ce parti (NDLR:Vlaams Belang) a toujours déclaré qu'il voulait la fin de la VRT, la privatisation, comme ils disent dans leur programme électoral". 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK