"Le tout nouveau testament", Jaco Van Dormael en grande forme

"Le tout nouveau testament", Jaco Van Dormael en grande forme
"Le tout nouveau testament", Jaco Van Dormael en grande forme - © Tous droits réservés

Quatre longs-métrages en vingt-quatre ans. Premier réalisateur belge ovationné à Cannes – c’était avec la "Caméra d’Or" en 1991 pour "Toto le héros", Jaco Van Dormael est un cinéaste rare. Présenté à la Quinzaine des réalisateurs, son nouveau film " Le tout nouveau testament " sort ce mercredi et c’est un évènement.

Le synopsis du film, tel que présenté dans le dossier de presse, est à la fois intrigant et percutant : "Dieu existe. Il habite Bruxelles. Il est odieux avec sa femme et sa fille. On a beaucoup parlé de son fils, mais très peu de sa fille. Sa fille, c’est moi. Je m’appelle Ea et j’ai dix ans. Pour me venger j’ai balancé par SMS les dates de décès de tout le monde…".

Belgique, patrie du surréalisme ? Jaco et son co-scénariste, le romancier Thomas Gunzig, ont uni leurs efforts pour en faire une amusante démonstration… Enfin, amusante, ça dépend pour qui ! Il faut savoir que ce scénario délibérément fantaisiste a été – à l’exception de la RTBF – refusé par tous les responsables des chaînes de télévision françaises, qui n’y comprenaient rien. "Le tout nouveau testament" a dès lors connu un montage financier difficile, mais après l’énorme succès rencontré lors des projections cannoises, il s’est vendu dans une cinquantaine de pays. On appréciera la clairvoyance des télés françaises.

Or donc, Dieu habite à Bruxelles. Il est incarné par Benoît Poelvoorde, qui se balade en peignoir informe dans un appartement situé au sommet d’une tour. Sa femme (Yolande Moreau) est visiblement aussi bête que son aspirateur. Jésus, surnommé "Jicé", s’est taillé depuis belle lurette. Sa fille Ea (Pili Groyne, la découverte du film) décide donc de faire de la résistance : elle "hacke" l’ordinateur de son père, révèle à tout un chacun les jours qui lui reste à vivre sur terre, et quitte le domicile familial pour aller chercher six nouveaux apôtres : une manchote, un obsédé sexuel, un tueur à gages, une femme délaissée, un employé de bureau et un petit garçon qui se rêve en fille…

Je n’ai jamais caché avoir peu goûté aux questionnements métaphysiques de "Mr Nobody", le précédent film de Jaco. Film ambitieux, certes, mais qui s’enlisait dans un questionnement mécanique et répétitif ("Et si j’avais choisi ceci plutôt que cela ?"). On retrouve un même questionnement sur le sens de la vie dans "Le tout nouveau testament" ("Si je connais la date de ma mort, que fais-je de ma vie ?"), mais il parcourt le film comme un simple fil rouge, sans lourdeur aucune. Est-ce grâce à sa collaboration complice avec Thomas Gunzig ?

Toujours est-il qu’on retrouve dans ce quatrième long-métrage de Van Dormael tout ce qu’on avait aimé dans "Toto le héros" : des trouvailles poétiques, un humour irrévérencieux, des images inventives… Certes, l’ami Jaco donne parfois dans l’hommage un peu trop appuyé – Catherine Deneuve, ici en couple avec un gorille, voilà une idée qui lorgne furieusement vers "Max mon amour" d’Oshima avec Charlotte Rampling. Il verse aussi dans l’autocitation – une séquence de mains qui dansent fait référence à son propre spectacle "Kiss and Cry" -.

Mais au final ces petits clins d’œil sont sans gravité ; il se dégage de ce "Tout nouveau testament" un charme authentique et une véritable originalité qui tranchent avec la banalité moyenne et l’absence d’audace de la majorité de la production française. Enfin, détail non négligeable pour les spectateurs belges, Jaco filme Bruxelles comme personne, utilisant à merveille cette ville souvent si mal exploitée au cinéma.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK