Le salon CES de Las Vegas: un peu de tout, et même du belge

Le salon CES de Las Vegas: le "papy" des salon IT fêtait son demi-siècle.
7 images
Le salon CES de Las Vegas: le "papy" des salon IT fêtait son demi-siècle. - © Tous droits réservés

3800 exposants et 165 000 visiteurs, le Consumer Electronics Show vient de fermer ses portes. Ce papy des salons technologiques qui fêtait ses 50 ans, dévoila l’enregistreur de vidéos cassettes en 1970, le CD en 1991, le Blu-ray et le défunt HDTV en 2003, la télé 3D en 2003 et, plus près de nous, l’imprimante 3D. Et, cette année, c’est encore la télé qui tenait la vedette.

La télé, toujours la télé

Premier constat : la démocratisation de la technologie 4K, cette résolution 4 fois supérieure à celle d’un téléviseur classique. Elle équipe désormais des téléviseurs de 500 euros. La plateforme existe, mais il reste aux producteurs TV à proposer des contenus 4K. Ce qui n’est pas encore souvent le cas.

Plus original est la télé HDR. Le HDR (High Dynamic Range) apporte un contraste et une gamme de couleurs accrus. Pratiquement, la technologie HDR affiche plusieurs niveaux d'intensité lumineuse dans une seule image. Issu du monde de la photo, le HDR fait une entrée timide dans l’univers des téléviseurs, mais impose que le contenu soit filmé avec deux caméras utilisant des expositions différentes. C’est dire si, encore une fois, les contenus sont rares. Mais surtout, Plusieurs standards HDR se font la guerre : le HDR-10, le Dolby Visions et, maintenant, l’Hybrid Log-Gamma. Et cette profusion de standards effraie le consommateur. Il faudra nettoyer tout ça. Les téléviseurs équipés du HDR, souvent associé à la 4K et à l’Oled sont encre très chers.

Toujours en télé, la guerre se poursuit entre les deux Coréens Samsung et LG.  Une course à la fois technologique et marketing. D’une part, LG propose un procédé de "particules de nanomètre" pour offrir des couleurs uniformes, quel que soit l'angle de vision. LG reste fidèle à l’Oled, le led organique qui fait son entrée dans les grands écrans. Samsung, lui, lance le QLED qui revendique une "colorimétrie à 100 %" grâce à la technologie " des points quantiques " pour restituer toutes les couleurs à tout niveau de luminosité. C’est dire si on ne comprend pas grand-chose.

Innover dans le smartphone? C’est possible

Si le salon CES a mis l’accent sur la qualité photo des mobiles, une belle illustration de l’avenir du téléphone est ce modèle taïwanais qui est à la fois compatible Google Tango pour la réalité virtuelle, et Daydream pour la réalité augmentée. Les prochains mobiles haut de gamme mettront l’accent sur ces deux univers. Une tendance qui va débouler dans les prochains mois.

Des gadgets à la pelle

Le CES de Las Vegas est souvent comparé à un salon des inventeurs. Et la Belgique n’est pas absente de cet univers du gadget. C’est le cas de cette assiette intelligente pour plante en pot, qui gère l’arrosage de la plante grâce à des capteurs. Le second produit belge est un pilulier (tout aussi intelligent) qui joue les aide-mémoire pour la prise des médicaments quotidiens. Dans ce cas-ci, c’est une balance qui détermine si vous avez bien prélevé vos médicaments.

Les employés confinés dans des bureaux paysagers apprécieront ces écouteurs à annulation sélective de bruit. Son utilisateur n’entend que la personne qui se trouve face à elle, en annulant les bruits environnants. Il sera en vente en mai au prix de 290 euros.

Dans un autre registre, une housse-chaussette à placer autour d’une valise permet de personnaliser sa valise à l’aide de motifs et de couleurs flashantes qui en assurent le repérage. Comptez à partir de 45 euros.

Des robots toujours plus sympas

Il s’appelle Hub Robot. Visuellement, il se situe entre R2D2 de Star Wars et le robot blanc féminin (Eve) du dessin animé Wall-e. Mais en plus petit. Le robot mobile se connecte à tous les appareils intelligents de la maison et intègre Alexa – l’assistant virtuel d’Amazon. Il allume votre climatiseur, programme les lave-linge et sèche-linge. Et tout cela par commandes vocales.

Il sait ce que contient votre réfrigérateur, peut diffuser la musique de votre choix, configurer une alarme, créer des rappels ou des notifications, et même donner les prévisions météo.  Y’a qu’à demander. Et en plus, il est beau. Cet humanoïde (mais pas trop) est joli, anthropomorphe (il sourit et incline la tête) et reconnaît tous les membres de la famille. Est-il disponible en Belgique? pas encore, et son prix n’est pas connu. Dommage.

Difficile, aussi, de passer à côté de la première brosse connectée de L’Oréal qui vous dit tout sur l’état de santé de vos cheveux.

Le caleçon de Faraday

Difficile de faire l’impasse sur ce caleçon (type boxer) qui préserve les parties intimes masculines des ondes électromagnétiques qui nous entourent. L’intérieur du boxer est recouvert d’un tissu maillé de fibres d’argent qui crée une cage de Faraday. Une sorte de gayole métallique qui se vendra 42 euros et existera bientôt en version féminine.

Le retour du frigo

Samsung et LG nous refont le coup du réfrigérateur connecté. Mais si le frigo passe commande sur le net, (classique), voilà qu’il accepte 6000 ordres vocaux. L’un de ces frigidaires du futur est muni d’un écran qui peut devenir transparent pour montrer le contenu des étagères sans devoir ouvrir la porte. Ce qui permet, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, de savoir si l’ampoule reste allumée ou pas lorsque l’on ferme la porte. Secret que nous ne révélerons pas ici.  

Les Belges à la portion congrue?

Le CES est un salon d’influence mondiale. Asiatique et Américains y sont majoritaires, mais nos voisins français ont envoyé 224 start-ups rassemblées au sein de la "French tech". Ministres et candidats à la présidentielle s’y sont montrés, attestant ainsi de leur attrait pour les nouvelles technologies. La participation belge était plus timide. 

Un incubateur privé liégeois  -"The Factory"- a aidé quelques entreprises de chez nous à faire le voyage. Au total, une dizaine d’entreprises belges étaient présentes, dont l’une a remporté le prix de l’innovation pour un analyseur d’eau de piscine intelligent.

Mais exposer au CES coûte "une blinde": entre 20 000 et 35 000 euros pour envoyer 4 personnes sur place.

Un investissement lourd pour bon nombre de petites entreprises.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK