Le retrogaming, un "refuge" pour les joueurs nostalgiques

La version originale de la NES, sortie en 1985, a été rééditée en version mini par Nintendo, avec un succès fulgurant.
4 images
La version originale de la NES, sortie en 1985, a été rééditée en version mini par Nintendo, avec un succès fulgurant. - © Sophie Stenger, retrogameuse dans l'âme

Alors que l’industrie du jeux vidéo ne cesse d’évoluer, innover, et se tourner petit à petit vers la réalité virtuelle, les anciens jeux vidéo ont toujours la cote. La passion pour ces jeux d’il y a dix, vingt ans, a d’ailleurs un nom : le retrogaming. Tout comme les livres et les BD’s, les jeux vidéo ont leurs passionnés, sans cesse à la recherche du jeu d’origine qui fera revivre les sensations d’antan.

Rééditions en chaîne

Si la tendance n’est pas nouvelle (les enfants et adolescents des années 80 et 90 n’ayant jamais vraiment tourné le dos à leur passion vidéoludique), les éditeurs commencent sérieusement à surfer sur la vague. Pour exemple, les rééditions (HD ou non) de jeux d’anciennes consoles en version numérique, disponibles sur les consoles actuelles, ou sur PC. L’intérêt étant de pouvoir y jouer facilement sur un écran plat, certaines vieilles consoles s’adaptant difficilement aux télévisions non-cathodiques.

Pour ces fêtes de fin d’année, Nintendo a lui aussi misé sur le retrogaming, et semble avoir trouvé sa poule aux œufs d’or : une réédition de sa fameuse NES (Nintendo Entertainment System) des années 80 : la NES Classic Mini… en rupture de stock dès sa sortie, mi-novembre.

Dans un magasin spécialisé de Bruxelles, une vingtaine de personnes sont en liste d’attente et le réapprovisionnement se fait au compte-gouttes… "C’est certainement une stratégie marketing de la part de Nintendo, maintenant, je ne pense pas qu’ils s’attendaient à une telle ampleur…" analyse Maxime Vray, employé de Smartoys.

Le retour aux sensations de l’époque

Mais pour certains " hard core gamers ", les rééditions ne suffisent pas. " Quand on compare, on avait à l’époque des vraies cartouches de jeux qui avaient quand même un certain charme. On soufflait dans la cartouche, on la glissait dans la console et on appuyait sur On." relate Xavier Pastor, gérant d’un magasin spécialisé dans le retrogaming. Retrouver ses vieux jeux, c’est aussi retrouver tous les rituels de l’époque, à la manière des nostalgiques du vinyle frémissant au son du grésillement de l’aiguille sur le disque.

Les rééditions ne sont pas sans conséquences pour le marché de seconde main, bousculant souvent les prix. "L’inconvénient [des rééditions], c’est que ça va créer un nouveau buzz, et ce buzz va faire augmenter les prix. Il va falloir réexpliquer aux gens pourquoi c’est cher, et puis nous on va devoir adapter nos prix d’achats, vu qu’ils ont évolué à la vente."

Un équilibre entre old et new school

Le retrograming vient-il contrecarrer l’évolution actuelle des jeux vidéo, aux graphismes de plus en plus saisissants, à l’immersion de plus en plus intense, notamment via la réalité virtuelle ? Pas vraiment, il faut plutôt y voir une sorte d’équilibre. "Le rapport du joueur au jeu est vraiment en train de changer, ces cinq, dix dernières années. Ce bond en avant fait peur, et le retrogaming plus que jamais peut servir de valeur refuge." commente Michi-Hiro Tamaï, journaliste jeux vidéo au Focus Vif.

Se rassurer avec du vieux, et explorer avec du nouveau, en somme.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK