"Le racisme, vous valez mieux que ça": une campagne pour provoquer un "sursaut général"

La Fédération Wallonie-Bruxelles, la RTBF et la Plateforme de lutte contre le racisme ont lancé une campagne de lutte contre le racisme à destination du grand public. Elle sera diffusée via les différents médias de la RTBF, mais aussi au travers d'actions mises sur pied par des associations. L'idée est de provoquer un "sursaut général", a expliqué la ministre francophone de l'Egalité des chances, Isabelle Simonis (PS), alors que "le racisme est en pleine recrudescence".

Dès mercredi et jusqu'au 28 février, quatre spots radios et télévisuels seront diffusés par la RTBF. Ils dressent un bref portrait de Sarah, Isham, Fatou et Lazlo, quatre personnes qui, comme tout un chacun, ne se résument pas à l'une de leurs facettes. "Réduire une personne à une identité unique, c'est le début du racisme. Le racisme, vous valez mieux que ça", concluent les spots.

Des affiches seront également distribuées par la Plateforme de lutte contre le racisme, qui réunit une septantaine d'associations. Plusieurs associations ont en outre programmé une centaine d'activités (projections de films, débats, animations pour enfants, etc.), qui se dérouleront en Wallonie et à Bruxelles durant tout le mois de mars.

Un site web, www.vousvalezmieuxqueca.be, reprend l'agenda de ces activités ainsi que les visuels de la campagne et une série d'informations sur le racisme.

Depuis 2010, le centre interfédéral pour l'égalité des chances Unia ouvre un nombre croissant de dossiers liés à l'incitation à la haine et aux délits inspirés par la haine. En 2015, l'instance avait ouvert 764 dossiers impliquant des critères dits "raciaux" (prétendue race, couleur de peau, nationalité, ascendance et origine nationale ou ethnique), contre 661 un an plus tôt.

Multiplication des replis identitaires et des discours haineux

En Belgique et ailleurs, les citoyens ont souvent une image tronquée de l'immigration, ont aussi rappelé les initiateurs de la campagne. L'Institut wallon de l'évaluation, de la prospective et de la statistique (Iweps) a ainsi montré récemment que les Wallons évaluent à 30% le nombre de personnes nées à l'étranger parmi la population belge, soit presque le double du chiffre réel. Ils pensent aussi que la Belgique compte 29% de musulmans, alors que les statistiques les font tourner autour de 6%.

Face à la multiplication des replis identitaires et des discours haineux, "nous sommes au pied du mur", estime la ministre Isabelle Simonis. "Mais plutôt que de dire 'le racisme, ce n'est pas bien', nous avons préféré une campagne qui incite les citoyens à s'interroger", a-t-elle expliqué lors d'une conférence de presse.

"Les peurs que les gens ressentent sont autant de facteurs qui augmentent le ressentiment et elles sont légitimes. Il faut y apporter des solutions mais aussi construire ces solutions ensemble", a-t-elle ajouté.

Fin 2017, une journée d'échange de bonnes pratiques sera organisée à destination des professionnels. Il est aussi prévu de décliner la campagne sur les réseaux sociaux, mais cette initiative est encore en cours d'élaboration.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

Recevoir