Le portrait de Suzanne Bambridge peint par Gauguin enfin restauré grâce aux dons

Son regard est apparu sous les yeux ravis des visiteurs des musées royaux des Beaux-Arts à Bruxelles. Le portrait de Suzanne Bambridge, peint par Paul Gauguin, a été restauré grâce au mécénat de plus de 200 visiteurs.

Les yeux de Suzanne ont retrouvé la vivacité voulue par Paul Gauguin lui-même. Un éclat longtemps disparu sous des couches rajoutées de vieilles peintures. La lumière a surgi à nouveau, les rouges ont été ravivés, le col en dentelle du personnage a retrouvé ses contours ciselés. C'est toute la palette d'un Gauguin arrivant à Tahiti qui s'exprime subtilement.

Si le regard de Suzanne s'était assombri, c'est parce qu'il avait été partiellement surpeint. "Je me suis permis de remettre l'éclat dans son œil gauche, raconte Etienne Van Vyve, le restaurateur du tableau. Ça équilibre son regard qui est beaucoup plus vivant qu'il ne l'était auparavant."

Au cours de son histoire, le tableau a beaucoup voyagé. A la mort de Suzanne, il prend la direction de la la France par bateau. La toile est roulée, croquée, enfermée dans le fond d'une cale. Quand le musée des Beaux-Arts l'achète en 1923, il manque déjà de la peinture. Après des mois d'analyses, le restaurateur intervient prudemment à l'aquarelle pour combler les lacunes.

La signature... et une empreinte

"Cette aquarelle me permet aussi d'imiter au mieux une matière brute, mate, comme l'a désirée Gauguin au début. Il y a un aspect esthétique et un aspect matériel de réversibilité qui est indispensable." En y regardant de plus près, on voit la signature de Gauguin. Puis, discrètement, une empreinte digitale qu'il a dû laisser dans de la peinture encore fraîche refait surface.

Le portrait de Suzanne Bambridge version 2017, s'est donc dévoilé aux mécènes. Une belle récompense pour les 200 donateurs qui ont participé à l'opération de financement participatif. Le coût de la restauration s'élève à 45.000 euros. La moitié des fonds provient de l'appel aux dons, l'autre partie provient d'une fondation privée.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK