Le photographe de Buizingen s'excuse pour l'utilisation de ses images par Netflix

Wim Robberechts, le photographe qui a tourné les images de Buizingen reprises par Netflix
Wim Robberechts, le photographe qui a tourné les images de Buizingen reprises par Netflix - © Tous droits réservés

La semaine dernière, De Standaard avait repéré des images aériennes de la catastrophe ferroviaire de Buizingen dans une production Netflix. Aujourd’hui, le photographe qui a tourné ces images s’excuse auprès des victimes et dit vouloir mettre une restriction sur l’utilisation de ces images. Mais il l’assure : rien dans cet achat d’image n’était illégal.

Ce sont quelques images furtives, dans un JT fictif du film "Death Note" produit par Netflix, qui avaient fait pas mal de bruit chez nous en Belgique. Les images servent à illustrer le déraillement d’un train au Mexique dans ce film. En réalité il s’agit de la catastrophe ferroviaire de Buizingen (Halle) le 5 février 2010. Une réutilisation qui avait profondément heurté certaines victimes ainsi que la SNCB la semaine dernière.

Je m’excuse (…) C’est pénible, je comprends ça

Aujourd’hui, Wim Robberechts, le photographe flamand qui a tourné ces quelques images à l’époque qui a tenu à réagir : " D’abord je m’excuse, je trouve que ce n’est vraiment pas permis d’utiliser ces images dans un film de fiction. Un documentaire, c’est autre chose. Ça a une ‘valeur news’. Mais dans un film de fiction, c’est pénible, je comprends ça (…) ". Lors de l’interview, il explique qu’il était sur place le 17 février, avec un hélicoptère pour filmer autre chose, et en a profité pour passer au-dessus du site de l’accident. Mais Wim Robberechts l’assure, " J’avais l’autorisation de filmer là-bas et le pilote avec son hélicoptère, point de vue réglementation aérienne, était 100% en ordre (…) ".

J’aurai du mettre une restriction sur la distribution des images

Enfin, le photographe fait son mea culpa : "Je suis propriétaire des images, et j’aurai dû mettre une restriction sur la distribution des images pour éviter qu’elles soient utilisées dans des films de fiction (…) Dans les heures qui viennent, je contacte l’agent qui a vendu les images et je vais incorporer la restriction".

Pour Wim Robberechts, il n’est pas tellement étonnant de retrouver ses images dans une fiction en soi. "Je vends – en dehors des tournages que je fais à la demande des clients – je produis moi-même des images aériennes que je vends à des agences spécialisées en images d’archives". Si la grande majorité de ses images sont des paysages aériens, celles-ci ont "une valeur news" regrette le photographe. C’est donc ce qui a poussé les producteurs américains à la base du film "Death Note" à acheter ces images.  


 

Le tournage de ces images n'était pas prévu au départ

Le 17 février 2010, Wim Robberechts n'avait pas planifié son vol en hélicoptère au-dessus du site de l'accident de Buizingen. C'est par hasard que le photographe et son pilote se décident à passer au-dessus du lieu en quête d'images. Un récit à découvrir dans la vidéo, ci-dessous.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK