" Le papyrus de César ", une gentille satire du journalisme et de la censure

« Le papyrus de César », une gentille satire du journalisme et de la censure
« Le papyrus de César », une gentille satire du journalisme et de la censure - © Tous droits réservés

C'est le best-seller n°1 de la bande dessinée francophone: "Astérix" est de retour dès jeudi dans les librairies avec un 36ème album intitulé "Le papyrus de César". Comme pour l'album précédent paru il y a deux ans, "Astérix chez les Pictes", c'est un nouveau tandem, le dessinateur Didier Conrad et le scénariste Jean-Yves Ferri qui sont désormais aux commandes de cette série mythique.

René Goscinny avait pour coutume d'alterner les albums où Astérix voyage et ceux où il reçoit la visite d'un nouveau venu dans le village. Son successeur Jean-Yves Ferri procède de la même manière: après l'Ecosse dans "Astérix chez les Pictes", le valeureux petit Gaulois voit cette fois débarquer chez lui Doublepolémix, colporteur de nouvelles qui détient un document rare : le papyrus de César dans lequel il raconte ses mésaventures avec les irréductibles Gaulois. César s'apprête à publier "La guerre des Gaules", et ce chapitre a été occulté par son conseiller Promoplus... Astérix va vouloir rétablir la vérité historique.

La chasse au scoop, la lutte contre la censure : à la manière de Goscinny, Ferri livre une fable à double lecture, cette fois sur le monde du journalisme. Il n'oublie pas les calembours et les passages obligés comme les bagarres avec les Romains et les rivalités dans le village. Du côté du dessin, rien à redire : Didier Conrad, avec dextérité, épouse le style très enlevé d'Uderzo. Bref, il y a beaucoup de savoir-faire dans cet album, la tradition est respectée. Mais elle est si bien respectée qu'un air de "déjà vu" plane sur ce "Papyrus de César"...

En même temps, l'univers d'Astérix, après 35 albums, est tellement codifié que la marge de manoeuvre de ces nouveaux auteurs est étroite, et qu'innover est devenu difficile. Ce n'est d'ailleurs pas ce que demande la majorité des millions de lecteurs d'"Astérix" qui veulent avant tout savourer des retrouvailles avec une vieille connaissance.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK