Cannes: "La vie d'Adèle" de Kechiche, coproduction belge, Palme d'Or

Cannes: "La vie d'Adèle" d'Abdellatif Kechiche, coproduction belge, Palme d'Or
3 images
Cannes: "La vie d'Adèle" d'Abdellatif Kechiche, coproduction belge, Palme d'Or - © Tous droits réservés

Le jury, présidé par Steven Spielberg, attribue la Palme d'Or aux deux actrices principales et au réalisateur de "La Vie d'Adèle" : Adèle Exarchopoulos, Léa Seydoux et Abdellatif Kechiche. Un prix qui récompense, d'une certaine manière la Belgique, puisque c'est une coproduction belge (Scope et RTBF). Bérénice Béjo, elle, s'empare du prix d’interprétation féminine pour son rôle dans "Le Passé".

Annoncé comme grand favori, "La vie d'Adèle" se voit attribuer le prix suprême. Le jury a ainsi voulu saluer la liberté d'expression. Ce film français de 3 heures est une histoire d'amour entre deux femmes : Adèle et Emma. Réalisé sans tabou, avec des scènes de sexe tirées en longueur, et beaucoup de gros plans, il a séduit le public, dès sa première projection. La Belge Catherine Salée tient dans ce film le rôle de la maman d'Adèle
 
Le prix d'interprétation féminine a, lui, été remis à Bérénice Béjo pour son rôle dans "Le passé" d'Asghar Farhadi, film dans lequel on retrouve la jeune Belge de 17 ans Pauline Burlet. En conférence de presse, Bérénice Béjo avait déclaré s'être fortement inspirée de notre compatriote pour interpréter son rôle.  
Les autres prix
 
Le prix d'interprétation masculine a été remis à Bruce Dern pour son rôle dans "Nebraska". 
 
Le Grand Prix a été remis "Inside Llewyn Davis" des frères Coen qui n'ont pas pu revenir à temps sur La Croisette. 
 
Le prix du scénario revient au Chinois Jia zhangke pour "A touch of Sin", témoignage des dérives violentes de la Chine contemporaine.  
 
Le prix du jury a été décerné à "Tel père, tel fils" de Kore-Eda Hirokazu , l'histoire de deux bébés échangés à la naissance. 
 
Le prix de la mise en scène a été décerné à "Heli" du Mexicain Amat Escalante, sur les cartels mafieux qui gangrènent son pays. 
 
La Palme du court métrage échappe à la Belgique
 
Petite déception, sans doute, pour le Belge Gilles Coulier qui était en lice pour la Palme d'Or du court métrage puisqu'il ne l'a pas reçue. Le jury, présidé dans cette catégorie par Jane Campion, a préféré "Safe" de Moon Byoung-gon. Deux mentions spéciales ont également été décernées au "Fjord des baleines" de Gudmundur Arnar Gudmundsson.  et "37°4 S" d'Adriano Valerio. 
 
Enfin, la Caméra d'Or, prix remis par un groupe de cinéphiles, a été attribué à Anthony Chen pour "Ilo Ilo". 
 
Les autres Belges récompensés à Cannes
 
Rappelons d'abord ce très beau prix pour la jeune réalisatrice belge, Sarah Hirtt, qui a reçu vendredi des mains de Jane Campion, le deuxième prix de la Cinéfondation
 
Le prix François Chalais 2013, décerné chaque année depuis 1996 la veille du palmarès de la compétition officielle, a été attribué à la réalisatrice française Rebecca Zlotowski pour son long-métrage "Grand Central" avec Tahar Rahim, Olivier Gourmet et Léa Seydoux. Un film présenté dans la catégorie Un Certain Regard. 
 
Enfin, notons encore cette mention spéciale du jury de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD) à la Quinzaine des Réalisateurs pour le film français "Tip Top" de Serge Bozon avec notamment François Damiens
 
C. Biourge

Vidéo: le palmarès du Festival de Cannes

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK