Daardaar, le nouveau site francophone qui décrypte la presse flamande

Daardaar.be
Daardaar.be - © Tous droits réservés

Donner envie aux Wallons de s’intéresser à la presse flamande : c’est l’objectif de Daardaar, ce nouveau site francophone qui traduira quotidiennement une sélection d’éditoriaux et d'articles en provenance du Nord du pays. La plateforme est en période de test et les fondateurs attendent les remarques des internautes.

Le projet était en phase de confection depuis un an déjà : "On est parti d’un constat tout à fait anormal", raconte David Charlier, fondateur du site, "à savoir qu'aucun site francophone ne s’intéressait à ce qu’il se passait dans les journaux de l’autre côté du pays". Lancé ce mercredi sur le web, ce Pure player a comme objectif de "permettre au public francophone d’avoir accès au débat tel qu’il se déroule en Flandre et de mieux comprendre l’actualité flamande", explique David Charlier.

Pour le fondateur, l’intention n’est pas ici de faire concurrence à la presse francophone, "mais plutôt de mettre en lumière les éditos de fond diffusés dans le presse flamande". Tous les sujets d'actualité seront épluchés sans exception: "Politique, société ou sport: on ne se focalisera pas sur un domaine particulier", ajoute le créateur de Daardaar.

L'équipe, qui compte également dans ses rangs Vincent Laborderie (politologue à l'UCL) et Joyce Azar (journaliste à la VRT), marque sa volonté de reproduire une traduction aussi littérale et exacte que possible, "sans pour autant tomber dans le piège du mot à mot", précise David Charlier. "Le critère principal étant la lisibilité et la compréhension, pour que le lecteur francophone cerne de quoi on parle, et comment la presse flamande en parle". Avant de spécifier: "Quand il s'agit d'un sujet très flamand, notre challenge sera d'éclaircir toutes les particularités qui rentrent en jeu, en favorisant la recontextualisation."

Actuellement, aucun site flamand ne propose le service inverse, "nous sommes donc les premiers à explorer ce terrain", se félicite l'administrateur du site. A cet égard, le projet pourrait aussi connaître sa version flamande, qui traduirait ainsi la presse francophone, "mais le faire dans un sens, c'est déjà pas mal, et ça demande beaucoup de boulot", tempère David Charlier. "On attend de voir l'évolution du site, qui reste en version bêta pour le moment", rappelle-t-il. 

Le fondateur anticipe déjà les potentielles critiques: "le but n'est pas de faciliter la vie aux francophones en leur traduisant toute la presse flamande." C'est plutôt la vision inverse qui est prônée par la politique du site: "C'est en rendant plus accessible la presse flamande que les francophones s'intéresseront davantage à la culture flamande", argumente-t-il. "C'est ce qu'il se passe avec la culture américaine", enchaîne le créateur de Daardaar, "les jeunes francophones parlent généralement mieux anglais que néerlandais", constate-t-il, "et c'est tout naturellement qu'ils s'intéressent plus à la culture anglo-saxonne". 

"On veut créer le même effet avec notre projet, qui peut se résumer en une phrase: donner envie aux francophones de s'intéresser à la culture flamande", conclut-il. 

N. Spies (@NoSpies)

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK