Le nouveau Facebook ou comment Big Brother vous tient par la barbichette

Marc Zuckerberg lors de sa conférence de presse
Marc Zuckerberg lors de sa conférence de presse - © AFP PHOTO/Kimihiro Hoshino

Annoncés lors d'une conférence de presse par Marc Zuckerberg il y a quelques jours, les changements qu'a subi ou va subir Facebook suscitent déjà la polémique. Encore une fois, la vie privée des utilisateurs serait menacée. Vrai ou faux ? Petit tour d'horizon.

Depuis quelques jours, Facebook a (encore une fois) changé. Le fil d’actualités se présente en deux parties superposées : les actualités "à la Une" choisies parmi les actualités de vos "amis" les plus proches sur le réseau ou encore parmi celles qui ont suscité le plus de réactions, et, en-dessous, les actus les plus récentes. A l’internaute de dire à Facebook ce qu’il considère effectivement comme une actualité "à la Une" ou non, ou ce qu’il ne veut plus voir apparaitre du tout, par un clic dans le coin gauche ou droit de l’élément du fil d’actu. Autre nouveauté : à droite du fil d’actus, un autre fil reprend seconde par seconde la moindre action des contacts, tel que "Truc a commenté le statut de Machin" ou "Chose a aimé la photo de Truc".

Mais la grande nouveauté, annoncée par Marc Zuckerberg il y a quelques jours et qui sera activée le 30 septembre, c’est la "timeline" ou le "journal", en français, un profil tout à fait remanié et qui fera apparaître toute l'activité de la personne depuis son inscription sur Facebook sous forme de ligne du temps, avec mise en avant de grands événements et de photos. 

Si vous voulez savoir à quoi vous en tenir, vous pouvez visionner un aperçu de la timeline sur Facebook. Et, si vous avez la main informatique, vous pouvez également accéder à l’avance à votre timeline, et supprimer tout élément de la chronologie de votre vie facebookienne avant qu’elle ne soit rendue publique, en suivant le mode d’emploi publié par le site infos-du-net.com. Cependant, il faut noter que les paramètres de confidentialité définis auparavant semblent rester d’actualité et une option vous permet de redéfinir qui peut voir vos anciens posts.

Egalement, sur la timeline, des applications permettront à l’internaute de faire savoir automatiquement à ses "amis" ce qu’il est en train d’écouter, de regarder ou de lire.

Enfin, une nouvelle option permet à l'internaute de "souscrire" au fil info d’une personne qui n’est pas son "ami" et de suivre son fil info ou une partie de celui-ci, s’il le rend public. A l’internaute également de définir si des personnes peuvent souscrire ou non à ses statuts, en les rendant, ou non, publics et via les options de confidentialité (cependant, nous avons cherché ces options, et ne les avons pas trouvées).

Mieux vaut bien régler les options de confidentialité...

Que penser de ces changements ? Les réactions affluent sur le net. La principale préoccupation : encore et toujours la vie privée. Ainsi ReadWriteWeb constate que les nouvelles applications dites "sociales", qui vous permettent de partager vos lectures ou morceaux écoutés pourront également publier automatiquement ce que vous lisez ou écoutez, sans que vous leur demandiez. Ce à quoi un internaute répond en publiant un article intitulé : "Facebook is scaring me" ("Facebook m’effraie" en français). Sur le Nouvel Obs, dans une opinion, Thomas Gourtin s’indigne : "Le but est clairement de recueillir encore plus de données sur vous, de tout agréger au même endroit pour rendre encore plus facile l’action des marketers de tout poil qui ne jurent plus que par les réseaux sociaux pour vous faire cracher l’argent que vous n’avez pas".

Les changements de Facebook ne sont même pas encore tous opérationnels qu’ils suscitent déjà la polémique. Il faut dire que ce que ces changements impliquent n’est pas très clair. Et qu’il vaut mieux rester vigilant pour éviter de voir toute sa vie et ses activités sur la Toile étalées au grand jour. Peut-être pourra-t-on lire un jour sur un profil d’une personne qui n’est même pas un "ami" : "Truc a lu tel article sur comment tuer sa mère", "Machin est en train de regarder tel film X" ou encore "Chose avait rendez-vous avec Truc et Machin dans un magasin de tutus", alors que ni Truc, ni Machin, ni Chose ne voulaient rendre publiques ces informations, ni ne savent, d’ailleurs, qu’elles le sont.

Bref, être un utilisateur "protégé" de Facebook devient de plus en plus compliqué. Et mieux vaut être bien informé de ce que l’on y fait, en consultant, par exemple, un petit guide des nouvelles options de confidentialité. Sans oublier de se tenir au courant des changements qui sont effectués plusieurs fois par an, sans que cela soit toujours clamé haut et fort…

Julie Calleeuw

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK