Le metal, un genre rempli de légendes urbaines: les connaissez-vous bien? (quiz)

Forcément, l’univers sombre et brutal du metal s’est nourri de légendes urbaines pour parfaire sa réputation et faire frissonner les bonnes gens. Mais quelle est la part de vrai dans cette histoire ? "Il y a dans le milieu du metal un vrai amour de la provocation, mais aussi de l’humour", estime Cyril Wilfart, de l’émission 'Metal' sur Classic 21. Brisons le mythe : non, les métalleux ne sont pas tous des adorateurs de Satan, mais ils aiment profondément choquer. Dans les années 1970, le chanteur Alice Cooper, porte-étendard du mouvement shock rock, se plaisait à emprunter ses looks à l’univers de l’horreur, ou en se baladant sur scène avec des araignées ou des serpents vivants. Dans un autre genre, le chanteur de soul Dr John adorait faire des références au vaudou de la Louisiane et ses zombies.

2 images
Le chanteur Ozzy Osbourne est connu pour sa vie dissolue et ses frasques parfois dérangeantes. © CARSTEN REHDER / AFP

"L’idée est de créer un jeu de scène, une esthétique, explique Cyril Wilfart. C’est du grand guignol assumé." Comme lorsque certains arrosent la foule de faux sang, reniflent des cadavres d’animaux (comme Slipknot) ou même utilisent des références directes à la violence dans le nom du groupe : 'Black Sabbath', mais aussi 'Slayer' (assassin), 'Sepultura', 'Iron Maiden' (vierge de fer), etc.

2 images
Alice Cooper en concert au Hardrock Festival de Balingen, en 2004. © Patrick Seeger / Belga

Les métalleux, des gens pas si fermés

Derrière le masque de la violence se cache souvent, à en croire les métalleux, un milieu doux et ouvert. En témoigne la réception, en 1988, du coming out homosexuel de Rob Halford, le chanteur de Judas Priest : "il y a eu très peu de réactions, et en fait une très bonne réception, raconte Cyril Wilfart. Les gens disaient : ça ne nous dérange pas tant que tu continues à chanter !' ". Le metal serait aussi plus respectueux des femmes, à en croire Marie-Amélie Mastin, également animatrice sur Classic 21 : "Depuis le temps que je fais des festivals de metal, je ne me fais jamais emmerder, contrairement aux festivals de rock plus classiques." Une affirmation qui est toutefois nuancée par le témoignage d’un viol présumé au Hellfest en 2019.


►►► À lire aussi : Le heavy metal a 50 ans et encore tous ses cheveux


Musicalement aussi, les métalleux semblent très ouverts, à d’autres styles. "Beaucoup de métalleux n’écoutent pas que du metal, mais aussi du rock, de la folk, note Cyril Wilfart. Les groupes revendiquent d’ailleurs leurs influences, beaucoup plus que dans la pop par exemple." En témoigne l’infini spectre des différents styles de metal : il y en a pour tous les goûts. Même ceux qui ont les cheveux courts et qui n’aiment pas les films d’horreur.

►►► Retrouvez tous nos articles du dossier sur les 50 ans du metal ici

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK