Le journalisme, de moins en moins rentable, peut-il disparaître?

Le journalisme n'est plus assez rentable. Peut-il disparaître?
Le journalisme n'est plus assez rentable. Peut-il disparaître? - © Tous droits réservés

Dans la presse écrite et audiovisuelle, les restructurations se suivent et les géants du Web occupent de plus en plus le terrain. Pour Ricardo Gutierrez, Secrétaire général de la Fédération européenne des journalistes, "on vit des restructurations depuis 15 ans. La pression sur l’emploi est presque devenue la norme. Le modèle de financement traditionnel de journaux (vente au numéro, abonnement et rentrées publicitaires) s’est délité. Le développement des activités éditoriales sur le web n’a pas permis de compenser les pertes du papier. Les journaux ont du mal à trouver un nouveau modèle de financement suite à l’arrivée de nouveaux modes d’accès aux contenus qui ne rapporte pas un sou aux entreprises de presse. "

"On ne s’est jamais autant informé"

Les manières de s’informer ont beaucoup évolué. Beaucoup de gens consomment le contenu des journaux via les medias sociaux ou des moteurs de recherches. Et pour Benoit Grevisse, "le journalisme n’a pas réagi suffisamment vite et suffisamment fort. Les communautés, les identités, le rapport à l’opinion : tout a changé. On est devant un paradoxe ; on ne s’est jamais autant informé. Les géants du Web ont su créer un rapport à des communautés. Aujourd’hui on ne s’adresse plus à une masse. Le défi c’est de garder assez de moyen pour innover tout en capitalisant sur ce qu’on sait."

Un espace pour le vrai journalisme

Ricardo Gutierrez constate que les GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) ont nié être des médias. "Ce qui les motivent, c’est les affaires, ce n’est pas l’intérêt général. Je trouve dangereux de confier les clés du journalisme aux GAFA. Que font ces algorithmes qui classent l’information selon des critères qui ne sont pas les critères de l’intérêt public mais ceux de la rentabilité ".

Ricardo Gutierrez insiste sur le rôle de contrepouvoir que doivent pouvoir continuer à jouer les journalistes, un rôle qui demande de moyens. Et ce rôle peut aussi passer par de nouvelles formes de diffusion. "On peut imaginer se passer des éditeurs de presse ou des GAFA. On pourrait imaginer des plateformes de commercialisation des papiers. L’industrie de la presse peut disparaître, mais certainement pas le journalisme ".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK