Le gouvernement français veut des poursuites contre ceux qui menacent Charlie Hebdo

Charlie Hebdo avait été frappé par une attaque terroriste en janvier 2015.
Charlie Hebdo avait été frappé par une attaque terroriste en janvier 2015. - © ERIC FEFERBERG - AFP

Le Premier ministre français, Édouard Philippe, a souhaité mardi que soient poursuivis les auteurs de menaces anonymes sur Twitter contre l'hebdomadaire Charlie Hebdo après la publication par le journal d'un dessin satirique sur l'islamologue Tariq Ramadan.

Charlie Hebdo a déposé plainte lundi pour des menaces de mort sur les réseaux sociaux. Dans sa dernière édition parue mercredi, il a représenté le théologien suisse, visé par deux plaintes pour viol, le pantalon déformé par un énorme sexe en érection et proclamant: "je suis le 6e pilier de l'islam", ce qui a entraîné des réactions "violentes et appels au meurtre", selon ses responsables.

Twitter pas en dehors des lois

"Je souhaite, dès lors qu'une menace de cette gravité est proférée, quel que soit le média sur lequel elle est proférée, que des poursuites puissent être diligentées afin que des sanctions puissent être prononcées", a déclaré le Premier ministre devant l'Assemblée nationale.

"Twitter n'est pas en dehors de la République", a souligné M. Philippe en fustigeant "cet anonymat souvent dérisoire et souvent abject derrière lequel se cache un certain nombre d'individus pour proférer des menaces".

Lundi, le parquet de Paris a ouvert une enquête pour "menaces de mort matérialisées par un écrit" et "apologie publique d'un acte de terrorisme".

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK