Le dernier film de Ridley Scott frappé de censure au Maroc et en Égypte

Le dernier film de Ridley Scott frappé de censure au Maroc et en Égypte
Le dernier film de Ridley Scott frappé de censure au Maroc et en Égypte - © FADEL SENNA - BELGAIMAGE

Alors que le film "L'interview qui tue !" a failli ne pas sortir en salle suite au piratage de la Corée du Nord, un autre film américain est frappé de censure, mais au Maroc et en Égypte cette fois. "Exodus : Gods and Kings", le dernier long-métrage de Ridley Scott avec Christian Bale en acteur-vedette, fait le récit de Moïse, mais les autorités des deux pays jugent qu'il s'agit d'une falsification de l'Histoire.

"Exodus : Gods and Kings", c'est l'histoire de Moïse qui va guider le peuple hébreu, alors esclave des Égyptiens, vers la Terre promise. Il s'agit d'une adaptation du livre de l'Exode, le deuxième livre de l'Ancien Testament, et celle-ci ne plait pas aux autorités égyptiennes. Selon le ministre de la Culture égyptien, le film falsifie l'Histoire et est sioniste par excellence : il montre les Juifs comme les bâtisseurs des pyramides, ajoute-t-il, ce qui est en contradiction avec les faits historiques avérés.

Au Maroc, Moïse n'envahira pas non plus les écrans de cinéma, mais ce sont d'autres raisons qui fâchent. Selon le Conseil suprême pour la Culture, le film "Exodus" remet un question un miracle reconnu par les trois religions monothéïstes : la traversée de la mer Rouge. Moïse ne divise pas les eaux à l'aide de son bâton; dans le film, on parle d'un phénomène de marée.

"Exodus" n'est pas le premier film qui représente un personnage biblique à être interdit dans le monde arabe. Récemment, c'est le film "Noé" qui en avait fait les frais.

Mais dans ce cas-ci, contrairement au film polémique "The Interview", qui a déclenché la série de piratages chez Sony, les tensions ne sont pas vives entre les États-Unis et l'Égypte et le Maroc.

T.M. avec Y. Favaro

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK