Le débat Fillon - Copé pour la tête de l'UMP en France a fait un flop

Il n'y a pas eu débat entre les deux candidats. La droite n'a pas pris le risque de se montrer trop divisée. François Fillon et Jean François Copé se sont contentés de prendre la parole l'un après l'autre et de s'échanger quelques réelles amabilités.

"Je n'ai pas d'adversaire dans cette campagne. Et quand les journalistes me disent qu'il n'y a pas tellement de différence finalement entre les programmes, ben heureusement qu'il n'y a pas tellement de différence entre des hommes qui sont..", a déclaré, l'ancien Premier ministre François Fillon avant d'être coupé par le journaliste de France 2 lui demandant s'il n'y avait pas d'animosité entre eux.

"Mais il y a une compétition. Mais si c'est moi, j'espère que Jean-François Copé sera avec moi", a-t-il alors répondu devant un public hilare.

"Il y a zéro problème là-dessus, zéro problème !", a pour sa part rétorqué Jean-François Copé.

Sur "la droite décomplexée"

De son côté, Jean-François Copé se montre plus à droite et s'il emprunte des thématiques à l'extrême-droite, il exclut tout rapprochement avec

le Front national : "Je suis totalement opposé aux alliances électorales avec le Front national pour une raison très simple, c'est que je considère qu'on a rien à faire avec une famille politique qui n'a pas notre histoire !".

Jean François Copé a occupé tout le terrain médiatique avec son slogan de la "droite décomplexée", une formule que François Fillon a mis à terre : "Tout à l'heure, vous avez parlé de droite décomplexée à propos de Nicolas Sarkozy, pardon mais depuis que je connais Nicolas Sarkozy,  je n'ai jamais eu l'impression qu'il avait eu des complexes".

L'ex-Premier ministre, François Fillon, vise la prochaine présidentielle, il s'est adressé davantage aux Français.

Jean-François Copé se déclare prêt à se ranger derrière Nicolas Sarkozy en cas de retour ; il a davantage visé les militants. Mais François Fillon reste le favori pour accéder à la tête de l'UMP.

 

Charline Van Hoenacker

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK