La version belge du "Google Assistant", disponible dès aujourd'hui

Apple a "Siri", Amazon a "Alexa" et Google a "Google assistant". Des assistants vocaux qui offrent un flopée de services à l'aide d'une simple commande vocale. Tous peuvent gérer votre agenda : mémoriser vos rendez-vous, vous rappeler vos réunions. Tous peuvent gérer vos communications : téléphoner grâce à une commande toute simple telle qu " appeler maman ", lire vos sms, les écrire et les envoyer.

Des services spécifiques à la Belgique

Depuis aujourd'hui, l'assistant de Google est disponible en Belgique. De quoi offrir aux utilisateurs belges des services adaptés à notre pays. "Google assistant" s'est associé avec des entreprises belges. L'assistant est intégré aux applications de ces sociétés et peut donc les consulter pour fournir les informations souhaitées : donner la météo grâce à l'Institut Royal Météorologique, localiser un colis Bpost, fournir des informations sur le trafic de la SNCB ou encore donner les résultats du championnat national de football. Il est aussi capable de lister les produits que vous souhaitez acheter au Colruyt " Les clients peuvent indiquer à leur assistant Google d’ajouter des produits de chez Colruyt. Ils peuvent ajouter des pommes, des poires, du pain. Et après, ils retrouvent les produits dans l’application Colruyt ou sur Colruyt.be. ", précise Yanna Morren, la responsable presse de chez Colruyt. Point négatif, impossible pour l'instant d'acheter ces pommes et ces poires via l'assistant. Il faut toujours se rendre en magasin, avec son caddie et déambuler dans les allées avant de payer à la caisse.

Derrière cette technologie, l’intelligence artificielle

Le fonctionnement de cette application repose sur l’intelligence artificielle. Grâce à cette technologie, le smartphone va, en quelque sorte, réagir de manière humaine  " Il va répondre à mes questions sans que je doive apprendre des instructions compliquées " annonce le responsable de Google Belgique, Thierry Geerts . "Je vais simplement dire bonjour. Il va me répondre bonjour de façon naturelle avec la voix. Et donc, via l’intelligence artificielle, on peut interagir avec la voix plutôt qu’avec un clavier. C’est une bonne chose pour tout à chacun ".

Cette intelligence artificielle peut même tenir une conversation ! Elle est capable de téléphoner chez un coiffeur, converser avec lui pour réserver un passage. Bluffant surtout que le phrasé est fluide et que l'application imite quelques codes de langage comme "mmmh-mmmh".

A terme, ces assistants pourraient équiper les maisons dites connectées, à l’image de l’application « Alexa » lancée par Amazon. Cet assistant peut régler la température de la maison, l'éclairage et la musique sans que les résidents n'aient à pousser sur un quelconque bouton. Une simple commande vocale suffit. " Ce n’est, en effet, pas très pratique de toujours devoir sortir son téléphone. Ce système permettra donc, par exemple, de dire lorsqu’on est dans notre cuisine 'Hello frigo, je veux la recette du Waterzooi'. Et on obtiendra la recette du Waterzooi. Ou si on est au volant de notre voiture, de lui demander de nous amener jusque Bruxelles et la voiture de nous amener à Bruxelles", détaille encore Thierry Geerts.

Le secteur est donc en pleine expansion. Mais une question essentielle demeure : ces assistants sont-ils capables de récolter nos informations personnelles sans qu’on le sache ?

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK