Moscou prêt à accueillir l'espion US Snowden dont on a perdu la trace

La Russie prête à examiner une demande d'asile de Snowden
La Russie prête à examiner une demande d'asile de Snowden - © Belga

La Russie est prête à examiner une demande d'asile d'Edward Snowden, à l'origine des fuites sur le programme secret américain de surveillance électronique, a indiqué le porte-parole du Kremlin au quotidien Kommersant. Depuis son départ d'un hôtel de Hong-Kong ce lundi, on est sans trace de l'ancien employé de la CIA.

"Si une telle demande nous parvient, elle sera examinée", a déclaré Dmitri Peskov au journal. Il n'a pas été possible de confirmer auprès du porte-parole dans l'immédiat. Le chef de la commission aux relations internationales à la Douma (chambre basse du parlement), Alexeï Pouchkov, a prédit qu'une telle décision provoquerait l'"hystérie" aux Etats-Unis. "En promettant l'asile à Snowden, Moscou s'engage à défendre les personnes persécutées pour des motifs politiques. Cela va provoquer l'hystérie aux Etats-Unis. Ils ne reconnaissent ce droit qu'à eux-mêmes", a-t-il écrit sur Twitter.

Le jeune homme a pour sa part déclaré qu'il envisageait de demander l'asile politique en Islande, pays le plus proche de ses opinions quant à la liberté d'expression sur Internet. L'Islande a toutefois indiqué lundi n'avoir reçu aucune demande de Snowden et a rappelé que toute personne qui souhaitait obtenir l'asile politique devait d'abord venir sur son territoire.

L'ancien espion s'est volatilisé

Edward Snowden, un Américain de 29 ans qui a travaillé pour la l'agence américaine d'espionnage CIA, a révélé dimanche être la source des fuites sur le programme secret américain de surveillance électronique, et une enquête a été ouverte à son encontre.

Alors qu'il s'est réfugié à Hong Kong le 20 mai après avoir copié les derniers documents qu'il voulait divulguer, des élus américains ont demandé son extradition. Le personnel de l'hôtel a toutefois déclaré qu’il avait rendu sa clef ce lundi. On ne sait actuellement pas où se trouve l'ancien espion. Si l'on en croit The Guardian, Edward Snowden serait toujours à Hong Kong.

Depuis ses révélations, Dianne Feinstein, qui préside le comité du Sénat américain sur les questions d'espionnage, a enjoint à la NSA de revoir sa façon de limiter l'exposition des Américains à la surveillance gouvernementale. Cependant, elle a clairement pris ses distances par rapport à Snowden. "Ce qu'il a fait était un acte de trahison", estime-t-elle.

Ju. Vl. (@julienvlass) avec The Guardian et AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK